120 personnes ont applaudi Gabriel Attal à Micropolis

286
Une centaine de sympathisants de la République En Marche (LREM) était réunie dans l'amphithéâtre de Micropolis ©YQ

Denis Thuriot le maire de Nevers et candidat tête de liste aux élections régionales pour le parti d’Emmanuel Macron n’a pas fait salle comble ce vendredi 18 juin dans le grand amphithéâtre de Micropolis.

Après une année de fermeture, c’était la réouverture politique pour le parc des expositions de Besançon. Et comme le soulignait un élu de l’agglomération bien au fait de la politique bisontine, « le temps est loin où on remplissait les salles lors des meetings électoraux ».

Meeting classique pour le candidat LREM à la région Bourgogne Franche-Comté. Denis Thuriot était entouré de François Patriat, sénateur de Côte d’Or et ancien président de la région Bourgogne (il a été le marieur des deux régions en 2015) et de Gabriel Attal porte-parole du gouvernement Castex ©YQ

Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, avait fait le déplacement après une déambulation (c’est le terme à la mode) dans les rues de Besançon. Ni gifle, ni farine pour le jeune ministre de 32 ans élevé à la très select Ecole Alsacienne de Paris. Après un parcours auprès de Marisol Touraine, ministre de la Santé de François Hollande, il rejoint Emmanuel Macron en 2016 et est logiquement élu député des Hauts-de-Seine en 2017. Secrétaire d’Etat à l’Education Nationale dans le gouvernement Edouard Philippe, il est depuis juillet 2020 porte-parole du gouvernement. Sa présence à Besançon, à moins de 48 heures du premier tour des élections régionales, a donc valeur de symbole.

Avant la réunion publique à Micropolis, Denis Thuriot, Gabriel Attal et François Patriat ont tenu un point presse à 48 heures du premier tour des régionales ©YQ

Au cours d’un point presse, Denis Thuriot a écharpé Gilles Platret « il passe son temps à dénigrer le gouvernement…pas un seul merci » et Julien Odoul du Rassemblement National « un adepte des plateaux télé plutôt que de l’action ». Marie-Guite Dufay n’est pas oubliée dans les « compliments » « elle n’a pas réussi la fusion des deux régions et a oublié les zones rurales ». Le maire de Nevers veut créer de la proximité et des liens directs avec les communautés de communes et d’agglomération. « C’est du terrain que les projets doivent se construire ». De son côté, Gabriel Attal souligne « l’importance de reconstruire l’économie de la région à la sortie de la crise sanitaire. Cette reconstruction, en partenariat avec le gouvernement, peut se faire avec cette liste de rassemblement incarnée par Denis Thuriot ».

Côté infrastructures, les choses sont claires

Pour Denis Thuriot, l’aménagement de la RN 57 est une priorité. Et François Patriat, ancien soutien de Marie-Guite Dufay en 2015, passé à la macronie en 2016 d’ajouter (cela fera plaisir aux jurassiens Clément Pernot et Jean-Marie Sermier) « c’est l’ensemble des infrastructures qui sont à moderniser comme le barreau routier pour relier l’autoroute A39 à Champagnole ».

On ne saura pas ce vendredi soir la position de Denis Thuriot s’agissant du second tour. Placé en quatrième position dans les sondages, le maire de Nevers ne doute pas que l’écart se resserre entre les quatre premiers. C’est le niveau de l’abstention qui décidera du prochain exécutif en Bourgogne Franche-Comté.

Yves Quemeneur