Un mois de février aux allures de printemps

84
Les perce-neige font déjà leur apparition.

Cela n’aura échappé à personne : le mois de février s’est montré particulièrement clément.

Le mois de février s’est terminé sur des records de chaleur, observés un peu partout en France. Dans le Doubs, on côtoyait aisément les 20° par endroits. Des températures dignes d’un mois de mai, comme le confirme Météo France. Si certains d’entre nous n’ont pas hésité à flâner en manches courtes sur les chemins boisés de Franche-Comté, d’autres s’interrogent sur ces conditions surprenantes et pointent du doigt un réchauffement climatique dévastateur. Pourtant, la situation n’est pas unique et une telle météo a déjà été observée par le passé.
Entre 1950 et nos jours, deux épisodes similaires ont été répertoriées. Le 28 février 1960, la France tutoyait les 20,2° de moyenne et le 23 février 1990, le pays flirtait avec les 20°. Ces températures n’égalent cependant pas le record absolu enregistré à Saint-Girons, en Ariège, le 29 février 1960 : 31,2°. Pas mal pour un mois censé être très froid ! Alors que les normales de saison oscillent entre 9 et 10°, nous approchions plus les 15 voire 16° sur cette deuxième semaine de février.

Souvenez-vous, l’hiver dernier …

Il y a un an tout pile, la tendance était on ne peut plus opposée. Alors que nous connaissons aujourd’hui des températures d’une incroyable douceur, le froid s’était violemment abattu sur notre pays en février 2018. Le 27 février 2018 avait été la journée la plus froide de la période avec une moyenne de 0,3° sur tout le pays et des minimales moyennes à -7,7°. Il s’agissait par ailleurs de la journée la plus froide observée si tardivement depuis mars 1971.

Des plantes à la fête … ou pas

Ce printemps bien trop précoce fait tourner la tête de nos arbres et plantes qui n’hésitent pas à donner du bourgeon. Des petites fleurs printanières sortent leur pétales de terre et du vert tendre vient tapisser nos prairies et jardins. Un petit air de printemps … au plein cœur de l’hiver. Et c’est bien là le problème ! L’hiver n’a pas dit son dernier mot et des gelées, parfois fortes, sont encore à prévoir. Que faire ? Malheureusement, pas grand chose, surtout si, au début de l’hiver, vous n’avez pas pris de précautions particulières. Vous pouvez toutefois pailler vos plantes, afin de protéger les racines du gel. Une épaisseur de 3 à 5 cm devrait suffire. Si vos plantes ont commencé à bourgeonner, arrosez-les un peu plus que vous ne le feriez en temps normal. Mais dès que le gel revient, cessez l’arrosage. Les marronniers et les rhododendrons, notamment, sont conçus pour résister aux fortes variations de températures. Cependant, toutes les plantes ne sont pas égales face à ça et des dégâts sont à craindre, comme des rameaux tués par le froid. Il faudra alors les tailler, afin de laisser le champ libre à d’autres branches, qui prendront naturellement leur place.
Pensez également à protéger vos plantes les plus fragiles avec un voile d’hivernage. Et si vous disposez de plantes sur un balcon, rassemblez-les et protégez-les d’un retour éventuel de vent froid, à l’abri derrière une canisse par exemple. Les rentrer est parfois conseillé mais bien souvent, les plantes souffrent d’être en intérieur, notamment en raison de températures trop élevées, et du manque d’air et de lumière.

En avant pour la migration !

S’il est un signe qui ne trompe pas, c’est bien le vol des oiseaux migratoires qui profitent de l’anticyclone pour réinvestir leurs quartiers d’été. C’est le cas notamment des grues cendrées qui font un retour remarqué dans nos cieux, ainsi que les cigognes, qui remontent déjà d’Afrique. Mars débute, mois du printemps … Les beaux jours devraient s’installer pour quelques semaines, de façon parfaitement naturelle cette fois-ci.

Un avant-goût de printemps en plein coeur de l’hiver.