Retour Pop Cornes Festival : une franche réussite !

377
Les Humeurs Cérébrales ont mis le feu sur scène !

C’était l’événement de ce début de l’été dans le Haut-Doubs : la première édition du Pop Cornes Festival. Retour sur un week-end de pure folie.

Le Pop Cornes Festival s’annonçait prometteur. De grands noms de la chanson française comme Kyo, Luke, Jenifer, Sinik, Giedré, Cali ou encore Jérémy Frerot, des groupes de musique qui savent mettre le feu comme les Humeurs Cérébrales, le Bal des Enragés, Silver Dust ou Ultra Vomit, tous s’étaient donnés rendez-vous au Russey avec un seul mot d’ordre : faire de cette première édition un moment inoubliable.
Et au vu des foules déplacées, on pourrait tout à fait penser que c’était le cas. Alors que le vendredi et le samedi avaient profité d’une météo plutôt clémente, c’est sous une pluie battante que s’est fermé le festival dimanche soir. Mais il en aurait fallu plus pour calmer les ardeurs des festivaliers, venus en masse écouter leurs artistes préférés. “Voir 4500 personnes sauter sur notre musique et sous la pluie, il n’y a que dans le Doubs qu’on voit ça !” s’enthousiasme Geoffrey, le leader des Humeurs Cérébrales. “J’ai fait près de 2 heures de route avec mon ami pour venir voir Jenifer”, explique cette jeune femme au sourire radieux d’avoir vu son idole.
Les tours de chant se sont enchaînés avec maestria, faisant grandir la ferveur du public d’artiste en artiste. La foule se presse devant la scène, Jérémy Frerot n’hésite pas à descendre au contact direct du public, pour son plus grand bonheur. Luke a enchaîné les morceaux avec une énergie communicative et Jenifer a ravi ses fans avec ses tubes que tous entonnaient en chœur avec elle.
Cette fin de festival, dans laquelle j’ai plongé avec délice, donnait bien le ton de ce que devaient être les deux jours précédents : très bien organisé, une ambiance familiale et conviviale (des enfants, bouchons vissés dans les oreilles, étaient perchés sur les épaules de leur père), des artistes de haut-vol et un plaisir d’être là, du début à la fin.

Rencontre avec Thomas Boulard, leader du groupe Luke

Le grand public les a surtout connus en 2004 avec leur album “La tête en arrière” et ses titres phares “La sentinelle” et “Soledad”. Ils étaient sur la Grand’Scène du Pop Cornes Festival et Thomas nous livre sa vision de cette soirée … et de la vie.

Luke existe depuis 20 ans et votre dernier opus “Porcelaine” semble différent des précédents.
On avait opéré un vrai virage avec “Pornographie”, en 2015. Et puis, il y a eu les attentats de Paris en novembre 2015. Et personnellement, j’ai été très touché, bouleversé. Qui ne l’a pas été ? Et j’ai eu besoin d’en parler, d’évoquer ce sentiment fort et intense qui m’a submergé. Je ne ferai plus jamais de la musique de la même façon qu’avant.

Quelles sont les couleurs de ce nouvel album ?
On s’est davantage penché sur des sonorités pop rock avec des tonalités électro. Et vous l’aurez bien compris, les textes sont issus de notre réflexion sur la société actuelle, ses qualités et ses travers.

Comment s’est passé votre concert au PopCornes Festival ?
Nous étions ravis d’avoir été contactés pour le festival. Les conditions étaient idéales, nous pouvions correctement jouer notre musique et donc faire un show de qualité. Pour une première édition, c’était franchement bien fait ! On n’a manqué de rien et le public était génial ! Super réactif, chaud et ce, malgré la pluie. On était tous trempés mais ça valait le coup !

Luke entamera sa tournée dès l’automne 2019 pour présenter son dernier album “Porcelaine”, sorti en mars dernier.