Doubs. Plus de 120 exposants au neuvième carrefour des Collectivités locales

296
Christophe Ribette, Président de ECORSE TP, Vincent Martin Président de la Fédération Régionale des Travaux Publics de Bourgogne Franche-Comté, Christine Bouquin Présidente du conseil départemental du Doubs et Jean-Claude Grenier vice-président de l'Association des Maires du Doubs ©YQ

« Ensemble pour nos territoires durables ». L’édition 2020 avait été annulée au dernier moment du fait de la crise sanitaire. L’année 2021 voit le renouveau d’une manifestation d’intérêt régional qui réunit élus locaux (maires, conseillers municipaux et communautaires, départements) soit 80% de la commande publique, une commande publique de proximité pour les entreprises de travaux publics.

Organisée par ECORSE TP pour ECOnomie, ECOlogie et Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises, l’événement se tiendra à Micropolis le jeudi 23 et vendredi 24 septembre.

Le Carrefour des Collectivités locales retrouve cette année un rythme de croisière et devrait accueillir plus de 2 000 visiteurs sur les deux journées. L’investissement public au plus près des territoires est un enjeu majeur de la relance économique : infrastructures de transport, voiries communales, eau et assainissement, transition énergétique, c’est le quotidien des habitants. L’année 2021 est d’autant plus essentielle pour la relance économique par les investissements publics que l’argent existe. Jean-Claude Grenier, vice-président de l’Association des Maires du Doubs le confirme « Quand un projet est bien ficelé, on trouve toujours les moyens financiers de la réaliser ». Christine Bouquin, la présidente du département du Doubs ajoute « Le conseil départemental investit 90 millions d’euros par an et accompagne fortement les collectivités locales ». Plus pragmatique, Vincent Martin, Président de la FRTP (Fédération Régionale des Travaux Publics) s’inquiète d’un avenir incertain « L’argent du « Quoi qu’il en coûte », il faut le consommer vite…il va bientôt manquer ». Christophe Ribette président d’ ECORSE TP « Je reste soucieux des difficultés d’approvisionnement de certaines matières premières et encore plus de l’écueil des recrutements qui allongent nos délais de travaux ».

L’accueil de 45% de nouveaux élus

Les conseils municipaux et communautaires ont été largement renouvelés en 2020. En Franche-Comté, ce sont plus de 45% de nouveaux élus qui ont dû prendre leurs marques, apprendre les rouages administratifs…Il y a parfois du chemin entre les promesses électorales et les réalités. Un an après, ces nouveaux élus sont prêts à engager leurs territoires dans une démarche durable. Le Carrefour des collectivités est un lieu de rencontres utiles.

L’eau, cette ressource si rare et pourtant gaspillée

20% de l’eau potable disparaît dans le sous-sol des villes et des villages. C’est 3 millions de m3 d’eau potable perdus par an sur l’agglomération de Besançon. « Il faut attendre en moyenne 170 ans au niveau national pour renouveler un réseau alors que la durée de vie des canalisations est de 70 ans. Sur Besançon, on est plus près de 120 ans. L’effort reste à entreprendre » rappelait récemment Cédric Perrot-Audet, le dirigeant de SOGEA à Baume-les-Dames. Dans les communes rurales du Doubs, la situation est moins catastrophique. Mais tous les acteurs (élus, professionnels, agence de l’eau…) en sont conscients : la rénovation des canalisations est une urgence écologique et économique.

Jean-Claude Grenier est aussi Maire de L’hôpital-du-Grosbois et président de la communauté de communes Loue-Lison, un territoire très sensible aux problématiques de l’eau. Il s’irrite d’un texte législatif permettant à 20% des élus d’une com’com de s’opposer au transfert de la compétence Eau Assainissement. « Ce qui est voté à l’Assemblée et au Sénat est souvent bien loin du discours des parlementaires dans leur circonscription » ne craint pas de dire Jean-Claude Grenier. « Les eaux usées ont des causes multifactorielles, particulièrement en zone rurale. Vouloir opposer agriculteurs, habitants, touristes ou industriels ne sert à rien. Il faut une volonté politique forte tant les prises de décision sont complexes et impliquent tout le monde ».

14 ateliers de travail pour les élus

Economie circulaire, énergies renouvelables, territoires numériques ou mobilité électrique, les sujets de débats ne vont pas manquer. Il est même proposé aux élus locaux « un catalogue des solutions pour un aménagement sobre et résilient ».  L’Etablissement Public Foncier (EPF) Doubs Bourgogne Franche-Comté organisera le vendredi 24 septembre une table ronde « comment engager son territoire dans une démarche de transition écologique et énergétique ».

Deux journées de rencontres aux forts impacts pour l’économie régionale et le bien-vivre de ses habitants. L’écologie se construit au quotidien en harmonie avec l’économie des territoires. Construire des routes n’est pas une invention du XXème siècle. Comme le rappelait Jacques Lévy, éminent géographe et spécialiste de « l’intelligence spatiale » lors d’un débat au festival des solutions écologiques « l’artificialisation des sols existe depuis le néolithique ». L’aménagement du territoire franc-comtois est une exigence pour son développement économique. Aménager plutôt que « ménager le territoire » comme le voudrait le philosophe Thierry Paquot, choisir le progrès et pas la décroissance !

Yves Quemeneur

Informations et inscription sur www.carrefour-collectivites.fr