« A nous le souvenir, à eux l’immortalité »

586
Le message est clair !

Tous ceux qui se sont rendus dans les cimetières des principaux bourgs-centres du Doubs ont sans doute croisé les bénévoles du Souvenir Français, mobilisés pour transmettre la mémoire collective.

Dès sa création, en 1887, Le Souvenir Français a fait de la journée de la Toussaint un moment fort de la mobilisation des Français autour de l’entretien des tombes des Morts pour la France. Durant toute la Grande Guerre, l’ensemble des comités de l’association « Le Souvenir Français » quêtait aux portes des cimetières. En 1919, le législateur a donné une base légale à cette mobilisation en transformant le 1er et le 2 novembre en journée commémorative nationale. C’est cette base qui justifie aujourd’hui encore la présence des quêteurs de l’association.

La totalité des sommes rassemblées constitue une part essentielle des fonds consacrés par Le Souvenir Français aux missions qui sont les siennes depuis plus de 130 ans : dans un premier temps, entretenir, fleurir et restaurer les tombes des Morts pour la France, mais aussi de nombreux monuments ou stèles mettant à l’honneur des femmes et des hommes, civils et militaires qui ont honoré la France par de belles actions ; mais aussi de participer financièrement à des projets pédagogiques comme des voyages d’élèves sur les lieux de Mémoire (Champs de batailles du Front, Plages de Normandie, Musées sur la Grande Guerre…) ainsi que des expositions éphémères ou permanentes ; et enfin, transmettre le devoir de mémoire aux jeunes générations notamment, afin de leur faire prendre conscience que dans le monde où nous vivons la paix reste fragile et qu’il faut se battre pour la maintenir.