A saut-frontière

659
Un territoire franco-suisse enserré par le Doubs.

Pour ceux qui douteraient encore que France et Suisse ont une réelle identité commune, le groupement hommes et terroir (GHETE) Au Clos du Doubs effectue un travail important à découvrir absolument.

Le clos du Doubs, c’est avant tout un site géographique très particulier. La rivière y fait une véritable boucle entre Goumois et Saint-Ursanne (Suisse), pour revenir ensuite sur St-Hippolyte en France. Le territoire emprisonné entre les deux bras de la rivière s’appelle le clos du Doubs. C’est une région caractéristique du Jurassique, avec ses falaises calcaires, ses à-pics sur la rivière, ses eaux souterraines, ses résurgences…Peu de sites présentent une telle variété de paysages sur un si petit secteur.

Au cours des siècles, ce territoire a généré une histoire originale. Après les baronnies du Moyen-Age, la frontière a maintes fois changé de côté. Suprématie de l’Evêché de Bâle, annexion par la France après 1792 de certains territoires aujourd’hui helvétiques.  La frontière telle qu’elle apparaît actuellement a été définie lors du Traité de Vienne en 1815, après les défaites napoléoniennes. Les habitants, qui avaient un rapport très relatif avec la frontière avant cette date, ont toujours eu d’étroites relations avec leurs voisins : mariages transfrontaliers et surtout activités agricoles, artisanales, industrielles et commerciales… C’est cette histoire que font vivre et revivre les membres du Ghete, association transfrontalière forte de plus de 700 adhérents répartis en France et en Suisse

Nature et terroir, Les Cieutchattes di Doubs (patoisants), Verreries et verriers, Terres et gens de Montjoie, Fromageries, Horlogerie, Généalogie et histoire des familles, Familles Voisard, Familles Walzer, Rouages et moulins au Clos du Doubs, Fermes et familles anabaptistes, Alimentation en eau, Distillation et bouilleurs de cru, frontières, autant de sujets sur lesquels travaillent français et suisses depuis plus de 20 ans.