Accélération de la mortalité au mois d’octobre en Bourgogne Franche-Comté

128

Le communiqué de presse hebdomadaire de l’INSEE indique que pour la période du 1er septembre au 2 novembre, la région a enregistré 5 276 décès, soit 8,2% de plus qu’en 2019 sur la même période.

Ce chiffre alarmant est toutefois inférieur à la moyenne nationale qui est de 9,9%. Ce sont les départements de Côte d’Or, de la Nièvre, de la Saône-et-Loire et du Territoire de Belfort qui ont enregistré une hausse de plus de 10%, la progression a été plus modérée dans le Jura et la Haute-Saône alors que l’Yonne voyait ses décès diminuer. Dans le Doubs, le nombre de décès est comparable à l’année dernière.

Le nombre de décès au plan national est supérieur à celui mesuré sur la même période en 2018 ou 2019, dans toutes les régions de France. L’augmentation est plus significative en Auvergne Rhône-Alpes (+20%) et en Provence-Alpes-Côte d’Azur (+15%). Elle est de l’ordre de 12 à 13% en Occitanie, Île-de-France et Hauts-de-France, comprise entre 6 et 10% en Corse, Bourgogne Franche-Comté, Normandie et Nouvelle-Aquitaine. Elle s’établit entre 1 et 4% en Bretagne, Pays de Loire, Centre-Val de Loire et Grand Est.

Le nombre de décès pour les personnes âgées de 85 ans ou plus s’accélère

Alors que le mois de septembre s’est caractérisé par moins de décès parmi les personnes âgées de 85 ans ou plus par rapport à l’année précédente, la tendance s’est inversée en octobre. Ainsi, entre le 27 octobre et le 2 novembre, cette classe d’âge enregistre plus de 340 décès (+ 16 %) pour la deuxième semaine consécutive. Un niveau atteint pour la première fois depuis la crise sanitaire du printemps dernier.

En baisse durant le confinement de mars-avril puis durant l’été par rapport à 2019, le nombre de décès est en hausse depuis la rentrée chez les moins de 50 ans (+ 6 %). Cependant ils ne représentent que 4 % du total des décès toutes classes d’âge confondues. Le nombre de décès augmente de 6 % pour les personnes âgées de 50 à 64 ans, de 11 % chez les 65-74 ans et de 13 % chez les 75-84 ans.

Tous âges confondus, le nombre de décès augmente sur la période par rapport à 2019 de manière identique, tant chez les hommes que chez les femmes (+ 8 %).

Il reste une inconnue !

La méthodologie utilisée par l’INSEE n’est pas en cause. L’INSEE identifie le nombre de décès toutes causes confondues et pas seulement les décès liés à la Covid-19. Si les chiffres globaux sont en hausse, les variations selon les départements sont importantes. Dans le département du Doubs par exemple, il a été enregistré sur la période entre le 1er septembre et le 2 novembre 9 décès de plus qu’en 2019 mais 15 de moins qu’en 2018.

Enfin, il apparaît que les décès survenus pour d’autres pathologies mais pour des patients identifiés Covid, sont comptabilisés par Santé Publique France comme « morts de la Covid ».

Yves Quemeneur