Action “Civil’été” pour une route plus sûre

73
Chaque véhicule pris en excès de vitesse (<20 kmh) était interpellé sur l'aire de Marchaux pour une séance de pédagogie sur la sécurité routière ©YQ

Le samedi 1er août, jour du principal chassé-croisé de l’été, a été choisi pour sensibiliser les automobilistes aux dangers de la route. Cette opération, menée sur l’aire de Marchaux de l’A36 dans le sens Mulhouse-Beaune,  était étendue sur l’ensemble des 18 départements de la zone de défense et de sécurité Est.

Trois objectifs de prévention routière
Les bénévoles de la sécurité routière expliquaient aux conducteurs pris en excès de vitesse, les dangers de la route ©YQ

A l’occasion des grands départs en vacances, l’opération consistait à sensibiliser les automobilistes aux dangers de la route au travers d’ateliers de prévention. Il s’agissait de réprimer les infractions et délits graves génératrices d’accidents en mettant en place des postes de contrôle-radar en amont de l’aire de repos. Enfin une surveillance particulière était portée aux conditions de circulation et d’équipement des poids lourds.

Un été particulier

Emmanuel Bailly le directeur de la station et de la boutique Esso de l’aire de Marchaux a passé le message au représentant du préfet venu sur place. Les stations et boutiques sur autoroutes sont restées ouvertes au public 24h/24 pendant toute la période de confinement, la plupart du temps sans clients. Depuis le mois de mai, la circulation n’a pas retrouvé son rythme normal. A cette période de congés d’été, le site comprend habituellement 25 personnes. Au 1er août, le directeur de la station n’a que 16 collaborateurs. Il ajoute que les automobilistes étrangers (en particulier les allemands qui descendent dans le sud de la France) ont déserté l’autoroute. L’année va être catastrophique pour le gérant de cette station importante de l’A36. Ils ont pourtant fait partie des “premiers de corvée” pendant la période de confinement.

Des gendarmes pédagogues

Chaque excès de vitesse <20 km/h faisait l’objet d’une interception par les gendarmes du peloton autoroutier. Le véhicule était accompagné jusqu’à l’aire de Marchaux et le conducteur avait le choix, soit de payer son amende immédiatement ou bien de consacrer une petite demi-heure à la prévention routière en validant un document dans chacun des cinq stands installés :

Le conducteur polonais d’une puissante berline allemande a fait le tour des stands accompagné d’une gendarme parlant le polonais ©YQ
Un technicien de CEGELEC qui installe et effectue la maintenance des radars fixes, expliquaient aux conducteurs le fonctionnement du radar ©YQ
  • L’association “ligue contre la violence routière” sensibilisait à l’importance du port de la ceinture de sécurité grâce à la voiture autochoc ;
  • L’association “la prévention routière” préparait les vacanciers à l’importance d’un départ en vacances serein (voiture 10 erreurs, quizz et un jeu de questions/réponses pour les enfants) ;
  • Peugeot Sport formait aux distances de sécurité et l’importance du freinage anticipé ;
  • CEGELEC qui assure l’installation et la maintenance des radars autonomes, présentait le “ventre gourmand” de ces radars spécialistes des selfies. Un matériel ultrasophistiqué, entretenu chaque semaine sur les routes de France ;
  • Un stand de la prévention routière et de la gendarmerie sensibilisait plus particulièrement à la vitesse et à l’hypovigilance, cause importante des accidents de la route.
Jean Richert, sous-préfet et directeur de cabinet du préfet du Doubs en compagnie du commandant de l’escadron autoroutier ont échangé avec le responsable régional de ligue contre la violence routière samedi 1 août sur l’aire de Marchaux ©YQ
Céline Dziadkowiak, coordinatrice de la sécurité routière dans le Doubs, accompagnait les conducteurs en excès de vitesse pour une formation rapide sur les dangers de la route ©YQ

Jean Richert, sous-préfet et directeur de cabinet du préfet du Doubs était présent sur place en compagnie de Céline Dziadkowiak, coordinatrice de la sécurité routière pour le département du Doubs.

Polonais, suisses, allemands et surtout français ont fait l’expérience positive de l’alternative sanction. Ils ont tous été attentifs aux explications des professionnels de la sécurité routière. Pour les excès de vitesse > 20 km/h, la sanction était de rigueur comme pour un camion ukrainien porte-voitures dont la circulation était interdite ce jour de grands départs en vacances.

Yves Quemeneur