Affleurements rocheux: une si longue attente

198
Des cartes postales ot été éditées pour inviter la population à soutenir l'initiative.

Il y a deux ans, des associations du Doubs cosignaient un courrier à destination du Préfet et de la Présidente de Région pour leur demander les mesures qui permettraient l’arrêt des destructions des affleurements rocheux.

« A la veille du deuxième anniversaire de ce courrier force est de constater que le dossier n’a pas évolué. Il a fallu un an pour qu’une réunion acte l’intention de produire une charte de bonnes pratiques » déplorent les membres du collectif qui ajoutent. « Celle-ci n’est toujours pas rédigée, un désaccord avec la représentation majoritaire du monde agricole persiste au sujet de l’introduction d’aspects réglementaires ». Pourtant en quelques semaines plus de 3000 personnes avaient signé une pétition en soutien à la démarche des associations.

« Pendant ce temps les travaux se poursuivent, pour ne pas dire s’accentuent, les casse-cailloux moulinent hectare après hectare. Les paysages s’uniformisent toujours plus, la biodiversité spécifique s’amenuise encore ». Une situation qui étonne le collectif car depuis le 19 décembre 2018, avec la parution du décret relatif à la protection des biotopes et des habitats naturels et celle de l’arrêté qui fixe la liste des habitats naturels pouvant faire l’objet d’un arrêté préfectoral de protection, « les préfets ont tous les moyens pour arrêter ces pratiques mortifères, qu’elles soient liées à l’agriculture, à l’urbanisme ou aux aménagements divers. Les affleurements rocheux, ces formations géologiques remarquables liées au massif jurassien, font partie de la liste. Ils doivent maintenant être préservés ! »

Les associations constituées en collectif “Pour les Paysages du Massif Jurassien”, parmi lesquelles les Gazouillis du Plateau, s’adressent donc au Préfet pour qu’il prenne les arrêtés nécessaires et, dans l’attente, qu’il prononce un moratoire.