Alice Deléglise dessine son avenir à beaux coups de crayons

550
Alice Deléglise a un avenir radieux tout tracé devant elle.

Elle n’a que 19 ans, des rêves plein la tête et du talent à revendre. Sa détermination, sa force et sa conviction l’ont menée tout droit aux Beaux-Arts de Nancy. Rencontre avec une jeune artiste pontissalienne au parcours inspirant.

Vous étudiez actuellement dans une école au nom prestigieux : les Beaux-Arts. Qu’y faites-vous précisément ?
J’ai intégré un cursus de design des milieux. Un nom un peu étrange pour une filière qui permet de redessiner des aménagements particuliers. Prenons l’exemple d’une salle d’attente au sein d’une maternité. Je serai amenée à la repenser, la redessiner avec un point de vue artistique pour la rendre plus chaleureuse, et créer davantage de liens sociaux et interactifs.

Il vous faut combien d’années pour parvenir à réaliser ces projets ?
Au bout de 5 ans d’études, je pourrai décrocher un diplôme national supérieur d’expression plastique, qui devrait m’ouvrir de nombreuses portes dans ce domaine. Personnellement, j’aspire à créer des univers végétalisés en ville, apporter de la biodiversité là où on ne s’attend plus à la voir. En gros, j’aimerais créer du “beau écologique” !

Qu’est-ce qui vous a poussée à faire de telles études ?
Tout a commencé avec Bénédicte Watteau, ma professeur de dessin et de peinture à Valdahon. Je l’avais découverte à Pontarlier et j’avais adoré son travail. Elle donnait des cours et ma mère a bien voulu m’y inscrire. J’ai donc commencé à 11 ans, et je me rendais en cours tous les mercredis matins, en plus de stages d’été. Ca a bien duré 4 ans ! C’est ainsi que c’est devenu une passion !

Le collège et le lycée vous ont aidée également ?
J’ai eu beaucoup de chances avec mes profs d’arts plastiques ! Au collège Grenier, j’ai pu assister aux cours de mme Chenet qui était réellement passionnante. J’étais une élève assez dissipée en règle générale mais pas à ses cours ! J’étais sage comme une image, et très appliquée. Et au lycée, j’ai eu le bonheur d’avoir Nadi Tritarelli. Je lui dois énormément ! Il m’a beaucoup aidée lors de ma préparation au concours des Beaux-Arts, ainsi que le conseiller d’orientation. Le lycée Xavier Marmier est vraiment un excellent établissement, même lorsque l’on choisit des voies un peu différentes. De toute façon, depuis que j’ai 11 ans, je ne me vois pas faire autre chose que les Beaux-Arts.

Qu’aimez-vous dessiner ?
Je travaille beaucoup le pastel, les clairs-obscurs, notamment sur les parties du corps humains. Je suis fascinée par les courbes du corps, la puissance d’un muscle saillant, la douceur d’une rondeur féminine. J’ai, par exemple, réalisé toute une série sur la bouche. J’ai dessiné de nombreuses bouches, toutes différentes, parfois affublées d’un objet comme une brosse à dents par exemple. Et puis, le pastel permet d’utiliser le doigt pour dessiner. Et quoi de mieux que la peau pour dessiner de la peau ? J’utilise aussi pas mal d’aquarelles, pour toutes les nuances de couleurs que cette technique propose. Pour dessiner la végétation que j’affectionne tout particulièrement, c’est très adapté. J’aime surtout la flore sauvage urbaine, celle que l’on découvre par hasard, dans une fissure du bitume ou dans un coin de muret.

Vous participez à la 2e édition du Week-end des Jeunes Artistes. Pourquoi avoir choisi cette manifestation ?
J’adore l’esprit de ce week-end ! On se retrouve entre artistes et artisans, tous du même âge. L’ambiance est fabuleuse, on fait de très belles rencontres, tant entre nous qu’avec le public. Et puis, cela donne à chacun d’exposer son talent, d’une façon ou d’une autre et quoi de mieux pour un artiste que de montrer ce qu’il sait faire ? C’est très bien organisé, très bon enfant. C’est pourquoi je prends vraiment plaisir à m’y retrouver cette année.

Un rêve ?
J’adorerais rencontrer et discuter avec Isabelle Daëron et Patrick Blanc, qui sont deux formidables desginers qui m’inspirent énormément. Et qui sait ? Peut-être qu’un jour j’exposerai mes dessins et mes toiles …

Retrouvez Alice Deléglise et des dizaines d’autres jeunes artistes et artisans au 2e Week-End des Artistes, salle Toussaint Louverture au théâtre Bernard Blier, samedi 31 août et dimanche 1er septembre.