Anne Vignot installe le « CLASP »

311
Anne Vignot, Maire de Besançon et Gilles Spicher, Adjoint chargé de l'hygiène et la santé, ont présidé le 24 mars 2021 le lancement officiel du "Conseil Local d'Appui à la Santé Publique" (CLASP) ©YQ

Considéré par son opposition municipale comme un “enième comité Théodule”, la Maire de Besançon a lancé le 24 mars 2021 l’installation du « Conseil Local d’Appui à la Santé Publique ».

En constituant ce groupe d’une vingtaine d’experts, Anne Vignot “veut leur permettre de sortir du rôle de médecin ou de chercheur pour participer à la création d’une nouvelle société” ne craint pas d’annoncer la Maire de Besançon.

Pour Gilles Spicher (A Gauche Citoyens), adjoint en charge de la santé et de l’hygiène, ce conseil local n’a pas vocation à se substituer aux ordres médicaux professionnels ou à d’autres organismes existants. “C’est une aide supplémentaire à la décision politique dans le champ d’intervention de la Ville en matière de santé publique”.

Déjà sous l’impulsion de Cyril Devesa, adjoint EELV entre 2012 et 2020, un contrat local de santé avait été conclu entre l’ARS Bourgogne Franche-Comté et Besançon pour réduire les inégalités sociales de santé et faciliter l’accès de chaque habitant aux professionnels de santé quelle que soit sa situation financière ou familiale et son lieu d’habitation et proposer des parcours de santé cohérents et adaptés à l’échelon local. L’objectif du « Clasp » y ressemble étrangement. C’est peut-être en ce sens que l’on parle de “comité Théodule”.

Un groupe d’experts nommé par la Maire

Ils sont donc 20 et nommés pour une période de 3 ans renouvelable une fois. Issus de professions, disciplines et activités diverses, ses membres peuvent être saisis d’une problématique de santé locale par la Maire ; ils peuvent également s’auto-saisir d’un sujet pour lequel ils auront toute latitude pour consulter les documents nécessaires et auditionner toute personne qu’ils jugeront utiles à leur travail.

Le « conseil local d’appui à la santé publique » est co-présidé par Dominique Vuitton, Professeur émérite d’immunologie clinique et par Patrick Vuattoux, médecin généraliste en maison de santé à Besançon. Universitaires, praticiens hospitaliers, médecins, ils assurent de leur totale indépendance. On notera toutefois sur la liste des personnalités nommées Régis Aubry, Professeur des Universités en médecine qui faisait partie de la liste des soutiens à Anne Vignot lors des municipales et Patrick Giraudoux, Professeur en écologie membre du Laboratoire de chrono-environnement du CNRS dont est issue Anne Vignot.

Le premier axe de travail commandé par la Ville au « Clasp » a trait à la campagne de vaccination : comment mieux informer le public localement, comment rendre plus efficaces les centres de vaccination dépendant de la Ville, comment faire interagir les professionnels de santé…Il reste qu’en matière de vaccination Covid, c’est l’ARS qui garde la main !

Aucun budget complémentaire n’est alloué à ce nouveau comité de “co-construction” qui agira en harmonie avec la direction Hygiène et Santé de Besançon. Laissons à ces spécialistes le soin de nous maintenir en bonne santé.

Yves Quemeneur