Arcadian va faire bouger Morteau !

112
Yoann, Florentin et Jérôme, alias Arcadian, seront le 2 novembre à Morteau.

Le groupe phénomène composé de Florentin, Yoann et Jérôme s’apprête à grimper sur la scène de l’Escale de Morteau, le 2 novembre prochain. Yoann prend la parole au nom du groupe pour nous parler de leur parcours, de leurs influences, de leurs projets … de tout en fait !

Qui est “Arcadian” précisément ?
Nous nous sommes rencontrés en 2014. On faisait des jam session* sur Paris, on jouait de la musique ensemble. On s’est rapidement liés d’amitié, jusqu’à devenir coloc dans le 18e. Il y a donc Jérôme au piano, Florentin à la batterie et moi-même à la guitare. On chante tous les trois. Il n’y a pas de leader, c’est ce qui fait notre force !

Parlez-nous de vos débuts !
On faisait beaucoup de musique, là où on pouvait. Il y a eu le métro, beaucoup. Et également les bars, les rues … On a su créer notre identité pendant les 18 mois qu’a duré cette aventure. Les gens restaient volontiers pour nous écouter. En même temps, on dénotait un peu ! Trois mecs qui chantent, accompagnés d’un cajón, ça interpelle !

Comment vous êtes-vous retrouvés sur le plateau de The Voice ?
On était en train de répéter au Café de la Presse dans le 12e. L’équipe de The Voice nous a croisés, on a commencé par papoter, ils ont insisté pour venir écouter ce qu’on faisait. On a fini par accepter … et je crois qu’on a bien fait !

Quelle équipe avez-vous rejointe ?
Nous avons eu le plaisir de travailler avec Mika. C’est un artiste complet, avec beaucoup d’expérience. Ils nous a apporté énormément de choses, surtout professionnellement. C’est un homme très sympa, qui a su nous mette à l’aise. Il est très jovial ! Il est à la scène comme à la ville, il ne compose pas de personnage. Ce fut une très belle rencontre !

C’était en 2016 … Que s’est-il passé en trois ans ?
On vient de passer trois années hyper intenses ! Nous vivons dans un tourbillon permanent, avec une certaine insouciance au départ ! Notre amitié s’en est trouvée davantage soudée. Nous avons dû apprendre à prendre soin de nos couples aussi. Nous avons bien conscience des sacrifices quotidiens, mais c’est ce qui nous fait tenir. Nous pouvons nous ressourcer auprès de celles et ceux que nous aimons le plus.

Toujours sur les routes ?
C’est le moins que l’on puisse dire ! Pour le premier album, Arcadian, paru sous le label Mercury, on a enchaîné 130 dates de concerts. C’est là que tout a pris tout son sens ! On adore faire bouger les gens et les faire sortir de leur quotidien.

Votre tournée vous emmène à Morteau. Une première pour vous ?
Non, on a déjà eu le plaisir de venir pour le flambée de la Morteau. C’était génial, super convivial ! On a eu un super public. C’est pourquoi on revient vraiment avec grand plaisir.

Peut-on s’attendre à des surprises ?
Oui, pour cette nouvelle tournée, on a mitonné un show bien plus abouti que le précédent. Il y aura des morceaux du premier album mais aussi du nouvel opus “Marche ou rêve” et quelques petites surprises. On débute une grosse tournée en France et à l’étranger. C’est bon, on est prêts !

Et pourquoi ce nom “Arcadian” ?
Il provient d’un roman “Les derniers jours de Paris” qui parle de groupes de personnes qui se réfugient dans les sous-terrains parisiens. Il s’appellent les Arcadians. C’est Benoît, que l’on considère comme le 4e membre de notre groupe, qui connaissait ce roman et qui nous en a parlé. Ça avait du sens pour nous ! Bien plus que les noms qu’on avait en tête, comme Saint Saint-Pétersbourg ou Cosmopolitan !

Arcadian en concert, à l’Escale de Morteau, 2 novembre, avec Cavalcade Production. Réservations sur www.digitick.com ou sur www.infoconcert.com.