Attention à la déprime saisonnière !

131
La déprime saisonnière peut concerner tout un chacun. Quelques règles d'hygiène de vie peuvent suffire à la combattre.

Avec les jours qui raccourcissent et un ensoleillement moins important, les personnes les plus sensibles pourraient être touchées par ce qu’on appelle “une dépression saisonnière”. Focus sur une pathologie incomprise et sur quelques remèdes naturels pour éviter la morosité.

Magalie Martin, énergéticienne à Saules, nous parle de ce phénomène qui touche 2 à 3% de la population chaque année : “La dépression saisonnière se caractérise par des troubles de l’humeur qui surviennent le plus souvent après un changement de saison. Cette pathologie peut évoluer de manière chronique lorsqu’elle n’est pas diagnostiquée et traitée assez rapidement pendant la saison mise en cause.” La dépression saisonnière peut apparaître chez n’importe qui mais ce sont les femmes qui en pâtissent dans la grande majorité des cas. Elle se manifeste généralement par une tristesse profonde, une mélancolie, une indifférence affective, une perte de l’intérêt et du plaisir lors des activités quotidiennes. A cela s’ajoutent d’autres symptômes possibles comme une irritabilité, une hypersensibilité, une baisse de forme, des troubles du sommeil (hypersomnie) et une fatigue chronique, des troubles de l’alimentation (suralimentation et prise de poids ou au contraire, anorexie), des pensées suicidaires, une baisse de la concentration et une diminution des fonctions intellectuelles ainsi que des maux de tête et de ventre et enfin une baisse de la libido.

Avant de se lancer dans des traitements lourds, un changement d’hygiène de vie peut apporter un peu de confort, à condition bien sûr d’avoir consulté votre médecin auparavant. La première chose à faire est de réparer votre organisme afin d’obtenir un sommeil réparateur. Pour ce faire, optez pour des repas légers et sains, évitez tout type d’écran le soir et favorisez les ambiances calmes aux lumières douces. Faites un peu d’exercice chaque jour pour favoriser l’oxygénation mais aussi fatiguer sainement l’organisme. Et enfin, limitez au maximum les produits excitants, comme le thé et le café, à l’exception du thé vert qui est au contraire une excellente source de L théanine qui optimise la qualité et la profondeur du sommeil . “Il se peut qu’en suivant ces conseils votre état s’améliore rapidement et ce sera tant mieux, mais si la déprime est un peu plus sévère qu’il n’y paraît ces conseils ne vous serviront à rien.”, précise Magalie Martin.
Pour aider à remonter la pente, certains nutriments et vitamines sont de précieux alliés. C’est le cas du célèbre magnésium bien sûr, mais aussi du fer, de la vitamine D3 ainsi que des vitamines du groupe B (B1, B2, B6, B9 et B12) et du zinc. Les vitamines B se trouvent facilement dans l’alimentation. Pour la vitamine B1, consommez de la levure de bière, de la levure alimentaire (torula), des légumes secs (pois secs, lentilles, etc.), des noix, graines et grains entiers. La vitamine B2 se trouve dans les abats (foie de veau, rein, cœur), noix, légumes verts, levure alimentaire, levure de bière, germes de blé, riz sauvage et champignons. La B6 se déniche entre autres dans les lentilles, le soya, les haricots de Lima, la farine de sarrasin, les bananes et avocats. Pour la B9, foncez sur les légumes verts. Quant à la B12, elle ne se trouve que dans des produits d’origine animale. Les végétariens devront se procurer cette vitamine sous forme de compléments alimentaires. Ces conseils pleins de bon sens peuvent s’adapter à tous, en prévision d’une petite baisse de moral éventuelle.
Toutefois, Magalie Martin insiste : “Si la dépression est vraiment installée, il faut agir en conséquence. Il est très important de tenir compte de plusieurs paramètres avant de se tourner vers tel ou tel complément alimentaire. Chaque cas est unique et doit faire l’objet d’un avis médical.”

Le manque d’ensoleillement et de lumière joue un rôle essentiel dans le déclenchement de la dépression saisonnière.