Attention aux gravilllllllllons…

101
Une seule solution, ralentir!

Depuis plusieurs semaines, les agents du conseil départemental sont mobilisés sur les routes du Doubs pour boucher les nids de poules et réparer les stigmates de l’hiver. Et comme toujours, ça fait grogner, surtout sur les réseaux sociaux.

Le gravillonnage est une technique très courante utilisée partout en France et sur toutes les catégories de route. Sa performance n’est plus à démontrer expliquent les responsables techniques évoquant également une méthode plus écologique et aussi moins contraignante que le bitume car il est possible d’intervenir sans fermer totalement un axe routier. Donc moins de gêne pour les usagers. Autant d’arguments qui semblent faire pencher la balance d’autant plus quand s’y ajoute celui du coût de 3€ le m² environ contre 15 pour l’enrobé bitumineux. Quand on sait que le département du Doubs par exemple gère plus de 3700 km de routes départementales, les chiffres ont évidemment toute leur importance.

Alors bien sûr, il est difficile d’éviter l’expression des mécontentements qui prennent une tournure souvent disproportionnée sur les réseaux sociaux où chacun peut se répandre à souhait. Difficile face à ce déversoir de haines en tous genres de rappeler que toute technique a ses contraintes et nécessite patience et compréhension des usagers. L’excédent de gravillons fait en effet partie intégrante de cette technique et il faut le temps que les gravillons et l’émulsion prennent. Cela se fait en partie grâce au passage des véhicules sous l’effet de la circulation. Alors évidemment, pendant une semaine, le temps incompressible nécessaire avant que le balayage soit effectué, il faut être très prudent. C’est pour cela aussi qu’une signalisation importante est mise en place pour adapter la vitesse. Et promis, les pouvoirs publics n’ont pas de pacte secret avec les réparateurs de pare-brise ou autres dépanneurs…