Automobilistes, raccrochez !

134
L'usage du téléphone tout en conduisant mènera à des sanctions encore plus lourdes

On ne le dira jamais assez : l’usage d’un smartphone au volant multiplie les risques d’accidents par 3. La loi se durcit désormais pour tout contrevenant qui ne respecterait pas les règles élémentaires de sécurité.

En matière de sécurité routière, le mot d’ordre est donné : la sûreté des usagers de la route avant tout. En dépit des spots télévisuels et des nombreuses campagnes d’informations lancés chaque année par la sécurité routière expliquant les risques encourus par l’utilisation d’un téléphone au volant, les accidents se multiplient sur les routes et autoroutes françaises. On considère que 16% des accidents mortels sur autoroutes sont dus aux smartphones.
Jusqu’à présent, et encore maintenant, l’usage de son téléphone tout en conduisant (et même à l’arrêt dans des bouchons ou au feu rouge) est verbalisé par une amende forfaitaire de 135€ et d’un retrait de trois points. Toutefois, le ton se durcit et ce, depuis le 19 novembre dernier. En effet, si l’infraction constatée de l’usage du téléphone est concomitante avec une autre infraction susceptible de mettre en danger la vie d’autrui. Plus précisément, cette Loi d’Orientation des Mobilités (ou LOM) est venue modifier les dispositions des articles L.224-1 et L.224-2 du Code de la route. Le premier article dit ceci :”Les officiers et agents de police judiciaire retiennent à titre conservatoire le permis de conduire du conducteur : […] 7° Lorsque le véhicule est intercepté, lorsqu’une infraction en matière d’usage du téléphone tenu en main est établie simultanément avec une des infractions en matière de respect des règles de conduite des véhicules, de vitesse, de croisement, de dépassement, d’intersection et de priorités de passage dont la liste est fixée par décret en Conseil d’État.”
Autrement dit, en cas de constatation du délit par les forces ce l’ordre, le contrevenant se verra remettre un avis de rétention en échange de son permis de conduire. Cet avis court sur 72h durant lesquelles le préfet pourra prendre un arrêté de suspension de permis. Pendant cette période, le contrevenant ne pourra pas conduire. Rappelons que l’usage du téléphone portable au volant concerne toutes les fonctionnalités d’un smartphone : téléphone, SMS, réseaux sociaux …