Avez-vous croisé la courtilière ?

350
Voici à quoi ressemble la courtilière, ou taupe-grillon. Crédit photo : F.Dehondt

L’heure est venue de retourner son carré de potager. Y verrez-vous la courtilière ?

C’est bien la question que se pose le Conservatoire Botanique de Franche-Comté. La population de cet insecte à l’aspect déroutant (voire repoussant aux dires de certains jardiniers) semble avoir fortement chuté en raison de son éviction de nos potagers mais aussi à cause de l’utilisation de pesticides, néfastes pour toute faune.
La courtilière est un insecte discret, vivant sous terre et ne se montrant que rarement. C’est pourquoi son recensement est assez difficile et nécessite l’intervention de tous ceux qui bêchent, binent, plantent et récoltent … bref, qui jardinent ! S’il est vrai que la courtilière est plutôt assimilé à un parasite du fait de sa fâcheuse tendance à détruire les racines de tout ce qui essaie de pousser, elle peut ég alement s’avérer être un précieux allié quand il s’agit de dévorer les larves et autres nuisibles du jardin. Toutefois, pour préserver votre potager, vous pouvez planter de la Ruta Officinalis, ou rue des jardins, ou bien encore disperser du marc de café : les courtilières n’aiment pas leur odeur. Cependant, elle adore les composteurs ! Un endroit idéal pour la rencontrer.

Comment la détecter ?
La courtilière lance des stridulations à la nuit tombée. Une bonne façon de la dénicher. Les jardiniers la rencontrent facilement lorsqu’ils grattent le globe.
La meilleure saison pour observer, et donc recenser, la courtilière, … c’est maintenant et jusqu’à fin juin. Si vous en voyez, rendez-vous sur le site internet http://cbnfc-ori.org et remplissez le formulaire adéquat.