Besançon : 4ème édition des Journées Granvelle

352
Journées Granvelle 2020

Les 18 et 19 février prochains, se tiendra dans les locaux de la Maison de l’Economie, la 4ème édition des Journées Granvelle organisées par la CCI du Doubs, Grand Besançon Métropole et le journal économique Les Echos.

Economie mondiale, économie locale

Le rendez-vous annuel de l’attractivité bisontine portera sur le mariage de raison entre mondialisation et circuits courts. Après le numérique en 2017 puis l’intelligence artificielle en 2018, experts, chefs d’entreprises et citoyens avaient réfléchi sur le travail du futur en 2019. Besançon poursuit sa réflexion sur l’évolution de la mondialisation et l’accélération à l’échelle planétaire des échanges de biens et de services. Ce sera également l’occasion de s’interroger sur les limites du village « monde ». Les intervenants seront interrogés sur les conséquences de cette mondialisation en matière de santé. L’épidémie du coronavirus en Chine a non seulement des répercussions sur la santé humaine et aussi sur le ralentissement de l’économie. Pour autant, faut-il fermer les frontières et vivre en autarcie ? Les Journées Granvelle sont un moment de choix pour mieux comprendre le monde qui évolue, débattre, partager et s’interroger sur la maîtrise des données, la blockchain,  l’explosion d’un nouveau monde financier avec les crypto monnaies, quelles villes, quelles métropoles, quels paysages industriels demain et les contraintes liées à la transition énergétique.

Un programme à la hauteur de l’ambition bisontine

Le mardi 18 février à 18h00, Daniel Cohen ouvrira les Journées Granvelle par une conférence sur le thème central “Economie mondiale, économie locale, mariage de raison ?” L’éditoraliste du Monde, auteur de nombreux ouvrages s’interroge depuis 30 ans sur le sens du progrès, de l’innovation et de la croissance dans un monde post-industriel totalement bouleversé. Son dernier livre “Il faut dire que les temps ont changé, chronique fièvreuse d’une mutation qui inquiète” (Albin Michel, 2018) sera au cœur de ses propos.

Cinq ateliers d’échanges, de débats se dérouleront le mercredi 19 février.

*Données numériques, quelle stratégie ? De 9h à 10h, Amaël Catturuzza, Docteur en géographie et maître de conférences à l’école de Saint-Cyr Coëtquidan présentera l’enjeu majeur de la maîtrise des données et comment garder un temps d’avance dans leur gestion.

*Quelle ville pour demain ? De 10h15 à 11h15, c’est Carlo Ratti, Architecte-ingénieur au Massachussets Institute of Technology de Boston (MIT) qui posera la question du nouvel environnement urbain, des méga-villes ou du retour à l’humain. Un débat qui intéressera particulièrement les candidats à la mairie de Besançon et leurs électeurs.

*Les nouveaux usages de la blockchain ! De 11h30 à 12h30, Alexandre Stachtenko évoquera les bouleversements de la blockchain sur l’économie, les entreprises, les territoires et le secteur financier. Le jeune président de la Chaintech conseille de grandes entreprises sur les enjeux des technologies blockchain et crypto-actifs.

*Comment financer la transition énergétique, opportunité à saisir, défi majeur et ambitieux. De 14h30 à 15h30, Nicolas Berghmans parlera optimisation énergétique, mobilité propre, financement de la recherche comme de véritables opportunités de croissance. Ce chercheur en politiques climatiques et énergétiques a travaillé sur la gouvernance des marchés de l’énergie en Europe, la tarification du carbone (sujet brûlant) et l’intégration des énergies renouvelables dans le système électrique.

*L’évolution des nouveaux paysages industriels français. L’internationalisation des entreprises transforme les stratégies et les organisations. Quelles sont les conséquences pour les territoires ? De 16h à 17h30, Pierre Veltz, diplômé de l’école polytechnique et ingénieur des Ponts et Chaussées a travaillé sur la mission du Grand Paris. Son expertise porte sur l’évolution des systèmes productifs et sur la dynamique des territoires.

Pour clôturer la journée, le débat “Open Business” de 18h à 19h30, s’interrogera sur “le fabriqué français : réelles perspectives ou simples tendances”. Pour évoquer un sujet qui concerne particulièrement les entreprises bisontines et comtoises, Nathalie Demary, Présidente de l’observatoire Société et Consommation échangera avec un grand témoin. Luc Lesénécal est président de l’entreprise « Saint James ». Emblématique du savoir-faire français, il a repris cette entreprise en 2012 avec des cadres. Il témoignera de l’excellence à la française et sur sa vision de la reconquête du fabriqué français.

Besançon est un territoire d’excellence. Les Journées Granvelle en sont la démonstration depuis 4 ans. A quelques semaines d’échéances électorales cruciales pour le territoire, le choix entre la décroissance et un nouvel élan économique se pose. Ces deux journées tenteront d’y répondre.

Yves Quemeneur

 

L’inscription aux conférences et ateliers est gratuite…mais obligatoire sur www.journees-granvelle-besancon.fr