“Besançon de demain” ressemble à “Besançon d’hier”

423
Anne Vignot prendra les rênes de Grand Besançon Métropole le 16 juillet ©YQ

A l’issue de la réunion du 9 juillet du secteur Besançon devant choisir les candidats bisontins siégeant au Bureau de Grand Besançon Métropole, Anne Vignot Maire de Besançon a refusé toute ouverture en direction des élus de la minorité.

“Nous n’inclurons pas vos propositions dans l’exécutif de départ”

C’est donc une fin de non-recevoir de la majorité municipale qui souhaite conserver la totalité des six vice-présidents et sept conseillers communautaires issus de Besançon sur les 15 vice-présidents et 17 conseillers communautaires délégués que comptera le Bureau de Grand Besançon Métropole.

“Madame Vignot s’inscrit dans une logique de clan” se sont insurgés les élus de « Besançon Maintenant », mettant également en cause la Maire de Besançon de ne pas respecter la charte politique de Grand Besançon Métropole qui stipule que “chaque secteur doit assurer une représentation tenant compte de sa diversité et de sa pluralité politique”. Pour les élus de la minorité municipale de Besançon, c’est un déni de démocratie que de s’affranchir des 15 000 électeurs bisontins qui ont voté pour les deux autres listes.

Alors que l’orage gronde avec le grand voisin bourguignon (“le modèle de François Rebsamen est caduc” a affirmé la Maire de Besançon au Bien Public), qu’un axe d’une politique strictement écologique semble poindre entre Strasbourg, Besançon et Lyon, la Franche-Comté industrielle s’oriente-t-elle vers la « décroissance verte » ? Les entreprises de Grand Besançon Métropole sont des acteurs essentiels de l’industrie automobile, de l’aéronautique et du luxe, trois secteurs à détruire selon Anne Vignot. Dans ces conditions, qu’en sera-t-il du label Unesco sur « les savoir-faire en mécanique horlogère et mécanique d’art » porté par arcjurassien.ch et Grand Besançon Métropole ? L’Unesco doit rendre sa réponse en novembre 2020. Besançon et son territoire souhaitent-ils s’investir dans ce label, important pour l’avenir économique de la région ? La question devra être tranchée rapidement.

Yves Quemeneur