Besançon en fleurs

178
Fleurissement de Besançon les lauréats
les douze lauréats du "fleurissement 2019" félicités par Gabriel Baulieu et Françoise Presse - photo GBM

Depuis 22 ans, l’agglomération de Besançon organise une opération de fleurissement des jardins particuliers, terrasses, balcons et récompense les habitants pour l’amélioration d’un cadre de vie dont ils font profiter toute la population.

16 communes, 42 jardins et 12 lauréats

Françoise Presse, vice-présidente de Grand Besançon Métropole chargée du développement durable et Gabriel Baulieu, premier vice-président de la métropole ont félicité les 12 lauréats ce vendredi 06 décembre. Besançon, capitale de la biodiversité, c’est aussi des centaines de jardins privés ou d’aménagements commerciaux qui permettent une richesse florale et végétale et donnent aux insectes des lieux de vie nécessaire à leur développement.

Les membres du jury et notamment la société d’horticulture de Franche-Comté et des amis des jardins botaniques ne tiennent pas seulement compte de l’aspect esthétique des jardins. Le cadre environnant et les efforts pour lutter contre les pollutions et les gaspillages sont également pris en compte.

Plantes vivaces ou plantes annuelles, la préférence ira aux jardins peu consommateurs d’eau, utilisant des composts maison ou l’eau de pluie. La nature est belle quand elle est protégée. Parmi les lauréats, on notera l’excellence pour un site commercial, celui du restaurant « Bêtises et Volup’thé » rue Bersot qui végétalise sa façade depuis des années, avant que cela soit la mode…normal pour le temple du thé bisontin.

Dans quelques mois une nouvelle équipe dirigera Grand Besançon Métropole. Continuer à récompenser les habitants qui embellissent leur ville sera une exigence. Maintenir l’excellence de l’environnement naturel de Besançon passe aussi par quelques rocailles, arbustes et plantes florales. En conclusion, Gabriel Baulieu souhaite que ce “fleurissement de Besançon” trouve un nouvel élan dans les programmes électoraux qui font tous assaut de “verditure”.

Yves Quemeneur