Besançon : les premiers emplois francs

82

L’Etat et les acteurs de l’emploi n’en finissent pas d’imaginer des solutions pour inciter les demandeurs d’emploi des quartiers prioritaires à trouver des emplois pérennes. Les « emplois francs » sont l’une des solutions présentée par le préfet Joël Mathurin chez O’Tacos Place de la Révolution à Besançon ce vendredi 7 février.

C’est le demandeur d’emploi qui porte l’aide de l’Etat

L’information est donnée par Pôle-Emploi aux personnes concernées par le dispositif. Très concrètement l’entreprise ou l’association qui va embaucher, bénéficie d’une aide financière à plusieurs conditions.

*la personne doit résider dans un quartier prioritaire de la politique de la ville (QPV). A Besançon, on en compte cinq : Clairs Soleils, Grette, Montrapon, Orchamps – Palente et Planoise. Elle doit être inscrite comme demandeur d’emploi dans toutes les catégories ou adhérent à un contrat de sécurisation professionnelle. Un jeune non inscrit mais suivi par une mission locale peut bénéficier du dispositif. Il n’y a pas de conditions de durée d’inscription à Pôle-Emploi, ni d’âge ou de dipôme.

*L’embauche se fait en CDI ou en CDD de plus de 6 mois, entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020. Le contrat peut être à temps plein ou temps partiel et il n’y a pas de plafond de rémunération.

*L’aide à l’entreprise est de 5 000 euros par an sur trois ans pour une embauche à temps complet en CDI (le premier versement est fait à l’entreprise au terme des 6 premiers mois de présence). Pour une embauche en CDD d’au moins 6 mois, l’aide est de 2 500 euros par an sur deux ans. Ces accompagnements financiers sont proratisés en fonction du temps de travail (temps partiel par exemple) et de la durée du contrat.

A Besançon, ce dispositif est géré par l’agence de Pôle-Emploi de Besançon-Palente.

Sur les 17 personnes recrutées pour O’Tacos, sept sont des emplois francs. Ce sont les premiers contrats signés dans le département. Pour Joël Mathurin qui souhaitait marquer de sa présence cette ouverture “Quand on habite dans un quartier difficile, c’est plus difficile de trouver un emploi, mais c’est possible. Avec ce dispositif d’aide à l’embauche, vous avez le choix d’envoyer un signal fort aux employeurs sur votre capacité à rebondir”. Pour Mehdi Benslama qui craignait d’interminables documents administratifs, il admet “le système est hyper-simple, un seul document à remplir”. Les services de Pôle-Emploi dans le Doubs comptent sur plus de 110 contrats de ce type signés d’ici la fin de l’année 2020.

De la pâtisserie comtoise au Mexique en passant par le Japon

Medhi Benslama  gère déjà deux franchises O’Tacos à Dijon. Il souhaitait s’implanter à Besançon et la fermeture de Planet Sushis lui a permis de franchir le pas. Pour les bisontins qui ont la mémoire, ce local de la place de la Révolution fut de longues années un lieu emblématique de la gourmandise, celui de la pâtisserie Lapostolle. Ce sera donc à partir du 14 février des « Tacos » ces galettes de blé garnies de multiples ingrédients. Les goûts changent, la place de la Révolution reste un lieu de convivialité et de gourmandise.

Yves Quemeneur

O’Tacos Besançon ouvre le 14 février. Les restaurant est ouvert 7j/7 de 11h à 23h du lundi au vendredi et jusqu’à minuit le week-end. Il sera accessible aux applications de livraisons à domicile.