Besançon : les voeux du préfet sous la mitraille

99
Voeux 2020 Préfet du Doubs
Le préfet du Doubs Joël Mathurin a entamé ses vœux dans le contexte sensible d'une nouvelle fusillade à Planoise quelques heures avant ce vendredi 10 janvier ©YQ

Vendredi 10 janvier, 18 heures. Il tardait aux invités de Joël Mathurin d’entendre la “convenue” intervention annuelle des vœux. Le représentant de l’Etat était enfermé avec le Maire de Besançon, le procureur de la République et le Directeur départemental de la sécurité publique pour évoquer une nouvelle fusillade à Planoise survenue l’après-midi même à proximité de l’école de Picardie.

Nous ne lâcherons rien !

L’émotion du Préfet était palpable dans ses premiers mots de bienvenue. Il a dit sa fierté dans l’aboutissement des travaux de restauration de la préfecture, initiés par le préfet Bartelemy en 2008. 11 ans après, la maison commune de l’Etat à Besançon retrouve un lustre pour…200 ans mais l’actualité imposait des commentaires beaucoup plus sérieux sur la principale mission régalienne de l’Etat dans les territoires : la protection des citoyens.

Joël Mathurin a salué l’exemplaire attitude des services de police et de gendarmerie pour assurer la sécurité, semaine après semaine, des manifestations des « gilets jaunes ». Et c’est la lutte contre la délinquance qui a occupé l’essentiel de son discours. “Je le dis aux habitants des quartiers populaires de Planoise à Besançon et de la Petite Hollande à Montbéliard, nous ne lâcherons rien”.

Planoise, inscrit parmi les premiers territoires de reconquête républicaine depuis un an et la labellisation du quartier au titre des « cités éducatives » a porté ses fruits selon le préfet. Moins de rodéos sauvages et une lutte acharnée contre le trafic de stupéfiants et l’économie souterraine ont conduit à 224 procédures en lien avec le trafic et l’arrestation de 204 individus. La réouverture du commissariat de Planoise et l’affectation de nouveaux policiers dans le quartier a également rendu de la sérénité aux habitants. “En dépit de ces politiques volontaristes, la fusillade du 25 décembre, l’incendie criminel du parking Cassin et les nouvelles fusillades de ces deux derniers jours qui ont fait trois blessés dont un grave à proximité d’une école élémentaire, nous devons encore maintenir et amplifier nos efforts”.

Une liste presque exhaustive

Pour sa seconde année à la tête de la préfecture du Doubs, Joël Mathurin n’avait pas oublié son passage comme secrétaire général de la préfecture en 2012. Dans un territoire solidaire, le préfet a porté aussi ses efforts dans les relations avec toutes les forces vives du département, qu’il s’agisse du plan départemental de lutte contre les violences faites aux femmes ou du travail de concertation sur les « affleurements rocheux », éléments essentiels du paysage jurassien. “Le pari environnemental apparaît également dans les contrats de transition écologique, qui misent sur l’écologie comme moteur de l’économie et qui s’engagent pleinement dans la transition écologique” a poursuivi le Préfet.

Emploi, lutte contre la pauvreté, réduction de la fracture territoriale, le travail préfectoral a été chargé pendant cette année. La sécurité routière y trouvait largement sa place avec une baisse sensible des morts et des accidents. Joël Mathurin regrette que le dispositif d’éthylotest anti-démarrage, alternative éventuelle à la suspension du permis de conduire, soit encore peu utilisé.

En conclusion, le préfet du Doubs a rappelé la phrase d’Emmanuel Macron prononcée à Ornans à l’occasion du bicentaire de la naissance de Gustave Courbet “Il y a au milieu de ces vallées…quelque chose d’une capacité à voir le réel et à penser l’impossible” Joël Mathurin a souhaité aux habitants du Doubs une très belle année 2020 : “Je vous souhaite non seulement de voir le réel, mais aussi de faire l’impossible”. Une façon de conclure en renvoyant chacune et chacun à ses responsabilités.

Yves Quemeneur