Besançon : l’impérieuse nécessité démocratique de Jean-Philippe Allenbach

194
Jean-Philippe Allenbach
Jean-Philippe Allenbach joue les trublions pour le second tour des élections municipales de Besançon ©YQ

Le candidat régionaliste n’en démord pas. Le premier tour des élections municipales du 15 mars dernier a été faussé. Il réclame l’organisation d’une nouvelle élection à deux tours à l’automne prochain.

2,18% et 548 voix

C’est le résultat obtenu le 15 mars par la liste menée par Jean-Philippe Allenbach. Serait-il mauvais perdant ? La question d’une forte abstention au mois de mars mérite d’être posée d’autant, dit-il dans un communiqué de presse, que l’abstention massive des plus de 50 ans, qui constituent 40% du corps électoral, lui a porté tort au niveau du résultat et également au niveau financier, n’ayant pas atteint les 5% pour être remboursé de ses frais de campagne. “Attachés à l’histoire de leur ville et à l’identité de leur région, le vote des seniors a été faussé par l’abstention”.

Pas de second tour en juin

Dans son communiqué, le candidat régionaliste ne comprendrait pas un “deuxième tour en juin sur la base d’un premier tour aussi fondamentalement faussé”. Il ajoute également que les programmes des candidats du premier tour n’intégraient pas la crise sanitaire et ses conséquences économiques, financières et sociales au niveau local. “Ces programmes sont donc largement obsolètes” conclut Jean-Philippe Allenbach.

“C’est une impérieuse nécessité démocratique de refaire les deux tours de l’élection à l’automne”. Il entend bien, dans ces conditions, représenter sa liste.

Yves Quemeneur