Besançon. Ludovic Fagaut “je veux remettre Besançon sur la carte de France”

618
Ludovic Fagaut liste
Ludovic Fagaut ovationné par les 600 personnes rassemblées au Kursaal à la fin de son allocution ©YQ

600 personnes ont assisté au meeting de Ludovic Fagaut ce jeudi 5 mars. Clin d’œil au 22 mars, c’est aux voix Gospel de “Oh Happy Day” que la tête de liste de « Besançon Maintenant » a lancé la soirée.

Le temps d’un Besançon nouveau est venu

Ce sont les co-listiers qui ont présenté les principaux éléments du programme “la vie dans la ville” : une vie plus sûre, une vie plus facile, une vie plus verte, une vie plus prospère, humaine, intense.

Christophe Mignot et Port-Citadelle

Le patron de Digital Surf, leader mondial des logiciels de microscopes électroniques à balayage, n’est pas qu’un fou d’algorithmes. Il rêve depuis des années de créer un “hub” touristique, culturel et sportif autour des deux merveilles bisontines : la Citadelle et les rives du Doubs depuis la Rhodiaceta jusqu’à la vague de la Malate. Christophe Mignot veut “faire battre le cœur de la Franche-Comté et donner à Besançon une stature nationale, voire internationale”. En mettant en avant ce projet “Port Citadelle” Ludovic Fagaut place de l’ambition pour la capitale comtoise.

Intervention remarquée et remarquable de Christine Bouquin. La patronne du département du Doubs n’a pas tari d’éloges pour son vice-président départemental. “Loyal, direct, travailleur, Ludovic est un jeune loup, toujours en avance d’une idée. Chez nous dans le Haut, on dit qu’il faut lui mettre les rênes courts tant il va vite” conclut-elle.

Annie Genevard, la députée LR et vice-présidente de l’Assemblée Nationale, retenue à Paris, a adressé un message vidéo. “L’alternance est un élément de dynamisme. Besançon a besoin de renouveau”.

“Après 30 ans, il est temps pour Besançon de changer maintenant”

Jacques Grosperrin, le sénateur passeur de relais explique ainsi son retrait “les bisontines et les bisontins veulent une nouvelle génération”. Il ne craint pas d’égratigner au passage les principaux concurrents. “Anne Vignot est inquiétante”. Quant à la candidature d’Eric Alauzet, il évoque ironiquement Shakespeare “Toupie or not toupie“.

“Etre maire, ce n’est pas être le chef d’un clan”
Ludovic Fagaut liste "Besançon maintenant"
Ludovic Fagaut s’est exprimé devant plus de 600 personnes rassemblées le 5 mars au Grand Kursaal ©YQ

“Je revendique fièrement mes valeurs d’ordre, de travail, de mérite, d’effort” commence Ludovic Fagaut dans son allocution. “Etre maire, ce n’est pas être le chef d’un clan. Je veux fédérer et rassembler les bisontins comme j’ai su le faire avec l’équipe qui m’entoure”.

“Une ville plus humaniste, plus solidaire, plus prospère, c’est une ville plus sûre pour tous”. La tête de liste de « Besançon Maintenant » l’affirme “nous doublerons les effectifs de la police municipale, elle sera armée dans ses missions en cohérence avec la police nationale. On n’attrape pas les malfrats avec des filets à papillon”.

Faciliter la vie des bisontins, améliorer leur pouvoir d’achat, c’est aussi assurer le développement économique, refuser la décroissance et l’écologie punitive prônée par une candidate. “C’est par une nouvelle croissance et les compétences des femmes et hommes de ce territoire que la richesse sera profitable à tous”. Ludovic Fagaut le martèle “l’écologie n’appartient pas à un clan ou un parti. Elle appartient à chacune et chacun d’entre nous”.

Il ne veut pas non plus opposer les habitants d’une ville qu’il souhaite apaisée. Il rappelle les propos d’Eric Alauzet “Parler des seniors comme une génération dorée n’est pas seulement une faute politique. Etre senior, c’est aussi un avantage”.

“Je suis l’antithèse d’Anne Vignot et d’Eric Alauzet. Je ne veux pas d’une ville, laboratoire écolo-communiste punitif et culpabilisant. Je ne veux pas plus d’une politique de girouette au gré des intérêts particuliers d’un maire qui changerait de couleur selon les saisons”.

“Le temps d’un Besançon nouveau est là” a conclu Ludovic Fagaut incitant ses partisans à se battre jusqu’au dernier jour, à voter utile dès le premier tour. “Je suis le seul à donner un visage nouveau à Besançon”.

Yves Quemeneur