Besançon : Ludovic Fagaut réussit le lancement de sa campagne

883
Besançon 2020 campagne Ludovic Fagaut
Près de 300 personnes étaient réunies dans le hall du Palais des sports de Besançon pour le lancement de la campagne municipale de Ludovic Fagaut ©YQ

Près de 300 personnes étaient réunies samedi 18 février dans le hall du Palais des Sports de Besançon pour le lancement de la campagne municipale du candidat des Républicains.

Rassembler avant d’élargir

Annie Genevard, vice-présidente de l’Assemblée Nationale et patronne des Républicains du Doubs a défini l’objectif. “Nous devons rassembler notre famille politique avant d’élargir le cercle des soutiens. Je constate ce matin que tout le monde est derrière Ludovic”. Jacques Grosperrin, le candidat malheureux de 2014, ne dit pas autre chose. Celui que Ludovic Fagaut considère comme son mentor va mouiller la chemise aux côtés du candidat de la droite et du centre pendant les deux mois de la campagne. “Nous avons la capacité à gagner et apporter à Besançon un nouveau souffle face à des candidats qui sont comptables de la politique menée depuis 20 ans” souligne le sénateur du Doubs.

“Je suis girouetto-phobique”

Ludovic Fagaut cible clairement son principal adversaire. “Eric Alauzet n’a pas de convictions. Il n’a pas de vision pour Besançon”. Il fustige celui qui fut écologiste pur jus, puis socialiste dans la majorité de François Hollande et enfin soutien indéfectible d’Emmanuel Macron. Et le candidat des Républicains d’égratigner le député qui met les retraités au rang des « générations dorées ».

Pas d’annonces spectaculaires

Le candidat de la droite et du centre veut susciter l’envie des habitants. Surfant sur les événements de Planoise, il souhaite une police municipale renforcée d’une centaine d’agents, armés. “Les bisontines et les bisontins ont envie de tranquillité et ce n’est pas la politique d’angélisme de la candidate écolo qui gagnera la guerre contre les délinquants” martèle-t-il à l’adresse d’Anne Vignot. Faire respecter Besançon, écouter ses habitants, rendre une ville plus attractive, plus vivante à l’opposé de la décroissance verte proposée par la candidate écologiste. “La transition écologique n’appartient pas à un camp. Nous sommes tous comptables de préserver la nature et je ne veux pas d’une écologie punitive”.

Port Citadelle, l’attraction

Projet phare de la campagne 2014, “Port Citadelle” est présenté comme l’image de marque de “Besançon Maintenant” et symbole de l’attractivité d’une ville tournée vers la nature, le sport et la culture.

On aura noté ce samedi matin beaucoup de jeunes et les anciens ne sont pas oubliés avec la création d’une « carte avantage seniors ». Quelques clins d’œil  “appuyés” aussi sur les réussites de l’actuel maire de Besançon (Temis innovation, le CHRU ou encore l’Université)…  « il ne faut pas insulter l’avenir » !

Yves Quemeneur