Besançon : Valérie Pécresse et Eric Ciotti ont fait jeu égal

Au jeu des sept familles politiques, chez les Républicains c’est la famille nombreuse. Eric Ciotti était ce vendredi soir à Miserey-Salines quand sa consoeur parisienne était le samedi 27 novembre à la salle des loisirs d’Ecole-Valentin.

231
Eric Ciotti le vendredi et Valérie Pécresse le samedi ont été accueillis par Annie Genevard Présidente de la fédération du Doubs des Républicains, par Christine Bouquin Présidente du conseil départemental du Doubs, Jacques Grosperrin Sénateur du département et Michel Vienet secrétaire départemental des Républicains ©YQ

Xavier Bertrand avait ouvert le bal des prétendants à Besançon le 22 octobre dernier puis Michel Barnier avait choisi le Nord Franche-Comté le 27 octobre pour faire la cour aux militants républicains.

Dans la famille des Républicains, je demande « le fils rebelle »
Eric Ciotti, l’outsider des Républicains, était à Miserey-Salines le 26 novembre pour convaincre les sympathisants LR ©YQ

Eric Ciotti, à Miserey-Salines le vendredi 26 novembre s’est dit « le candidat des territoires » devant une bonne centaine de sympathisants. Celui dont la famille modeste est originaire de Saint Martin Vésubie dans le Mercantour a fait toute sa carrière politique dans les Alpes-Maritimes. Il est « sans tabous » ne craignant pas de revendiquer le droit du sang sur le droit du sol ou d’inscrire « nos origines chrétiennes » dans la Constitution. « Je défends mes idées dans la clarté et dans la vérité » affirme le député des Alpes-Maritimes qui est passé au fil des débats télévisés du statut de candidat de témoignage  à celui d’outsider. A quelques jours de la décision des militants de son parti, certains le voient en favori. A Miserey-Salines, il a, semble-t-il, séduit son auditoire.

Dans la famille des Républicains, je demande « la macron-compatible »
La Présidente de la région Ile-de-France a travaillé à convaincre les militants LR de voter pour sa candidature ©YQ

Valérie Pécresse devait venir échanger samedi matin avec le public au marché couvert  Beaux-Arts à Besançon. La présidente de la région Ile-de-France, en provenance de Lyon, a dû modifier son emploi du temps à la suite d’un accident ferroviaire.  Valérie Pécresse est donc arrivée à la Salle des Loisirs et d’Animation d’Ecole-Valentin à 11h30, accueillie par le Maire Yves Guyen.

Valérie Pécresse était en visite chez Les Républicains du Doubs à Ecole-Valentin ©YQ

Comme la veille à Miserey-Salines, la candidate était entourée d’Annie Genevard la vice-présidente de l’Assemblée Nationale et présidente de la fédération des Républicains du Doubs et Christine Bouquin la Présidente du conseil départemental du Doubs. L’intervention très remarquée du Sénateur Jacques Grosperrin ne faisait pas de doute sur le soutien clair et entier qu’il affirme à Valérie Pécresse.

L’ancienne conseillère de Jacques Chirac qui fut deux fois ministre sous le quinquennat Sarkozy est l’antithèse d’Eric Ciotti. Dans la course à l’Elysée, elle est la parisienne de l’étape. Née à Neuilly sur Seine, dans la haute bourgeoisie, Valérie Pécresse a le parcours idéal pour entrer en politique : HEC puis l’ENA (promotion Condorcet). A l’ENA, elle militera contre le déménagement de l’école à Strasbourg… !

Valérie Pécresse ne s’en cache pas. Elle veut « oublier les extrêmes (Zemmour et Le Pen) tout en écoutant leurs électeurs ».

« En 2015, aux régionales en Ile-de-France, j’étais soutenue par Manuel Valls et Nicolas Dupont-Aignan » confirmant une ligne politique centriste sur le même « marché » que l’actuel président de la République.

Une centaine de sympathisants LR à chaque fois pour Eric Ciotti et pour Valérie Pécresse ©YQ

Devant une petite centaine de personnes, Valérie Pécresse a voulu convaincre qu’elle avait quitté les Républicains en 2019 pour mieux les embrasser en 2021. Si plusieurs militants ont salué son retour à la maison commune, d’autres n’hésitaient pas à parler de traîtrise tout en l’écoutant attentivement.

Il ne reste plus qu’à attendre le 4 décembre pour connaître la ou le candidat officiel des Républicains. Eric Zemmour profitera probablement de ce moment pour annoncer sa candidature. Le paysage se sera alors un peu éclairci pour une campagne qui s’avance « masquée ».

Yves Quemeneur