Besançon vaut bien une statue de Charles Quint

382
Jean-Philippe Allenbach, tête de liste des régionalistes, appelle à voter Ludovic Fagaut le 28 juin ©YQ

Parfois les symboles sont plus importants que de simples promesses. Jean-Philippe Allenbach, chef de file des régionalistes franc-comtois appelle à voter Ludovic Fagaut le 28 juin.

Ludovic Fagaut et Jean-Philippe Allenbach avaient convié la presse bisontine au « cercle franco-suisse » de la rue Lacoré, autre symbole de la volonté affirmée de Ludovic Fagaut d’orienter le développement économique de Besançon vers la Suisse. “La prochaine inscription au patrimoine mondial du savoir-faire horloger franco-suisse doit être un levier important pour donner à Besançon le rayonnement industriel qu’elle mérite” a-t-il confirmé.

Une alliance pas seulement électorale

“Nous avons beaucoup d’idées en commun” commence Ludovic Fagaut. “Sur le développement économique, la sécurité, le rayonnement et la défense du territoire comtois, nous sommes en phase”. Le candidat en lice pour la mairie de Besançon ne le cache pas non plus : “Avec Jean-Philippe Allenbach, nous voulons éviter le risque rouge/vert qui serait désastreux pour Besançon”. Ludovic Fagaut compte aussi sur l’expérience professionnelle internationale de Jean-Philippe Allenbach et sa double nationalité franco-suisse pour attirer les investisseurs à Besançon. “Nous voulons mettre fin au déclin de Besançon”

Charles-Quint place du Huit-Septembre
La statue de Charles Quint retrouvera-t-elle sa place sur la façade de la mairie de Besançon ? ©YQ

La tête de liste de la droite et du centre prend l’engagement de rendre à la place Saint-Pierre la statue de Charles-Quint au-dessus de la fontaine de la mairie. Il reprend également l’idée des régionalistes de créer à la Citadelle un grand musée de l’histoire comtoise dans le prolongement du projet de Port-Citadelle.

Une alternance indispensable
Jean-Philippe Allenbach “fier d’être comtois” ©YQ

Pour Jean-Philippe Allenbach, cette alliance de soutien au second tour est dans l’intérêt supérieur de la Franche Comté. “Parmi les trois candidats restant en lice, Ludovic Fagaut est le seul à ne pas avoir été associé à la gestion calamiteuse socialo-communiste des 20 dernières années à Besançon”.

L’étendard de Besançon flottera sur les monuments municipaux comme les personnages célèbres de l’histoire comtoise ponctueront les rues bisontines. “Besançon doit redevenir la capitale de la Franche-Comté” s’accordent à dire les deux anciens concurrents du premier tour.

Même si Eric Alauzet est quelque peu épargné dans les propos, Jean-Philippe Allenbach, habitué des formules chocs, n’a pas manqué de conclure “Voter Alauzet, c’est voter Vignot”.

Yves Quemeneur