Besançon vaut-elle un téléphérique ?

740
projet téléphérique Brest
La boucle du Doubs, la citadelle bientôt accessible par téléphérique ? Plusieurs projets sont dans les cartons des candidats - photo d'illustration transport par câble à Brest

“La France vaut bien une messe” disait Henri IV. Pour accéder au trône du royaume de France, le roi de Navarre dut se convertir au catholicisme. Certains candidats à la mairie de Besançon sont convaincus que “Besançon vaut bien un téléphérique”.

Jean-Philippe Allenbach, chef de file des régionalistes et jamais à court de petites phrases assassines, n’a pas manqué l’occasion d’ironiser sur la télécabine des Prés-de-Vaux de Ludovic Fagaut ou le téléphérique de la Gare d’eau d’Alexandra Cordier. Et le parti régionaliste de proposer plus fort encore…

“Pourquoi ne pas proposer un téléphérique reliant Lausanne à Besançon via le Mont d’Or ? Supprimer les bouchons de la douane de Vallorbe, la traversée de Pontarlier et la côte de Morre en faisant venir les touristes suisses et les frontaliers sans leur voiture”. Jean-Philippe Allenbach ajoute “sans compter que les Suisses participeraient largement au financement”.

Plus sérieusement, n’en déplaise au chantre du drapeau franc-comtois, cette idée de transport par câble devrait ravir toutes et tous les candidats qui mettent l’écologie à leur programme. Permettre aux très nombreux habitants du plateau et au-delà, de venir en ville en 10’ sans s’énerver et sans polluer ou bien équiper les Prés-de-Vaux d’un large espace de tourisme fluvial, sportif et culturel tout en permettant « enfin » un accès facilité à la citadelle, ces projets devraient faire consensus !

Cela ne va pas révolutionner l’attractivité économique et touristique de la capitale comtoise bien entendu. Cela ne va pas atténuer d’un coup de baguette magique les fractures territoriales et sociales. Mais les symboles sont aussi des cailloux de fierté pour rendre les bisontines et les bisontins heureux de vivre dans une ville si riche de son histoire bi-millénaire, à la nature préservée et aux savoir-faire exceptionnels. Si c’est un câble qui unit tout cela, alors…pourquoi pas !

Yves Quemeneur