Besançon ville attractive

59
Besançon coeur de ville
Besançon au cœur de Grand Besançon Métropole DR

C’était le thème des 3èmes assises communautaires de Grand Besançon Métropole. Vendredi 29 novembre, élus, acteurs économiques et associatifs étaient réunis dans l’auditorium du Conservatoire pour appréhender la ville de demain.

L’attractivité un concept multidimensionnel

C’était le propos introductif d’Olivier Portier. L’analyste territorial conseille de nombreux territoires métropolitains sur les orientations stratégiques à adopter pour rendre leurs territoires plus attractifs. Bien entendu, selon cet expert du terrain, la croissance économique, la création de richesses, les outils productifs sont des éléments essentiels mais pas que. L’attractivité résidentielle (habitat permanent, tourisme, congrès, événements sportifs ou culturels) est aussi un facteur de croissance démographique du territoire. Encore faut-il que le territoire détermine clairement une stratégie de développement assise sur les facteurs clés de succès. L’évolution de l’économie, des modes de vie, de l’attente du bien-vivre ensemble font que “les territoires ne sont pas tout le temps attractifs ou qu’ils n’ont pas les moyens de l’être” précise Olivier Portier.

Attractivité ou décroissance

L’environnement et la protection de la nature sont des aspects que la population prend de plus en plus en compte. Pour Olivier Portier, s’il faut redynamiser le résidentiel et améliorer la qualité de vie des habitants, c’est dans un souci de préservation de notre environnement. Dans le même temps, il convient d’apporter des réponses aux besoins des entreprises…ce sont elles qui créent les richesses, le tout dans un cadre interrégional.

S’agissant de Grand Besançon Métropole, Jean-Louis Fousseret a rappelé que l’aspect interrégional est pris en compte avec le développement du pôle métropolitain Centre Franche-Comté (Lons-le-Saunier, Dôle, Besançon, Vesoul, Pontarlier), le rapprochement après des années de guerre avec l’Aire Urbaine du Nord Franche-Comté et une orientation affirmée vers les voisins suisses du canton de Vaud.

Répondre aux besoins des entreprises

Pour Olivier Portier l’environnement historique de Besançon, la qualité des formations qui y sont dispensées, l’innovation technologique, sont des éléments favorisant le développement d’entreprises à forte valeur ajoutée. Le territoire de taille moyenne répond également aux exigences de sport, de nature pour des salariés de haut niveau. Fidéliser à Besançon les jeunes ingénieurs pour conserver la population c’est bien. Faire croître raisonnablement le territoire en y accueillant de nouveaux habitants, c’est mieux.

Les as des nouvelles technologies sont présents à Besançon. Qu’il s’agisse de Pixee fondée par Sébastien Henry, Livdeo qui développe des solutions de médiation numériques pour les musées, les transports publics…ou encore Digital Surf leader mondial des logiciels de microscopes, ces start-up reconnaissent trouver assez facilement les collaborateurs pointus dont ils ont besoin. Mais ils interviennent sur des marchés à haute valeur sur l’ensemble de la planète. Alors être attractifs pour les clients, attractifs pour faire venir de nouvelles licornes, attractifs pour attirer une population venue du monde entier, ça passe aussi par des infrastructures de transport adaptées. La plateforme aéroportuaire de Dole-Tavaux devrait devenir ce hub permettant d’irriguer toute la région loin de la décroissance prônée par certains candidats aux prochaines municipales.

“Une ville qui grandit peut aussi perdre son âme”. Le juste équilibre entre l’importance de la création de richesses et un environnement préservé ne peut être atteint que par la prise en compte de ces deux éléments fondamentaux. Les entreprises ont déjà intégré leur rôle social et sociétal sans toutefois oublier l’aspect de productivité et de rentabilité. Il ne faudrait pas que celles et ceux qui prônent la décroissance au nom du respect de la nature, ne mettent pas en péril ce fragile équilibre. L’attractivité de Grand Besançon Métropole en dépendra largement.

Yves Quemeneur