Besoins en main d’œuvre 2021 : ne pas louper la reprise économique !

284

La production annuelle de Pôle Emploi sur le besoin des entreprises en recrutement reflète-t-elle la réalité économique d’un printemps qui se veut optimiste ? On peut en douter, l’enquête auprès des entreprises s’étant déroulée entre octobre et décembre 2020, en pleine période de reconfinement.

80 000 établissements industriels et commerciaux recensés en Bourgogne Franche-Comté

L’enquête annuelle conduite par Pôle Emploi en collaboration avec le Crédoc (Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie) a porté sur 80 200 établissements en Bourgogne Franche-Comté. Elle décrit les besoins des entreprises par métier (200 filières professionnelles), par secteur d’activité (24 secteurs) et au niveau géographique le plus fin (406 bassins d’emploi sur la région).

L’enquête annuelle de Pôle Emploi était présentée par les trois responsables d’agences de Besançon : Sophie Heintzmann Directrice de Pôle Emploi Palente, Carole Demouge Directrice de l’agence Temis et François-Xavier Sauvegrain qui assure la direction de l’agence de Planoise

L’étude porte également sur les motifs de recrutement, les difficultés rencontrées et les solutions envisagées. Sur les 80 000 établissements, 22 100 entreprises ont répondu dans la grande région dont 4 181 entreprises dans le département du Doubs et 1 904 sur le bassin d’emploi de Besançon.

On s’étonnera de la différence des bases de données entre l’INSEE qui parle de zones d’attractivité (sans limite administrative) et de bassins d’emploi pour Pôle Emploi qui sont limités aux frontières administratives (collectivités locales).

Fort impact sur le chômage

Malgré les aides de l’Etat dans l’accompagnement des entreprises (chômage partiel en particulier), la crise sanitaire avait provoqué un fort rebond du taux de chômage à la sortie du premier confinement (8,6% dans le Doubs). Il a diminué sensiblement au 4ème trimestre 2020 à 7,2% (alors que la région était à 6,6%) mais sensiblement en deçà du taux national qui s’établissait à 7,7%. La baisse dans le Doubs (en variation annuelle) est la plus forte de la région. Le département du Doubs a une particularité à prendre en compte : le poids important de la filière automobile dans le nord du département qui impacte les entrées et sorties d’emplois en intérim.

L’évolution de la demande d’emploi

La forte hausse constatée de février à juin 2020 a été suivie d’une baisse jusqu’au second confinement et une stagnation des demandes d’emploi jusqu’au 1er trimestre 2021. Le département du Doubs suit une tendance bien moins favorable qu’au plan national et régional, souligne l’étude de Pôle Emploi. Entre février et juin 2020, le service public de l’emploi avait enregistré dans le département une hausse de 11,2% de demandeurs d’emploi (soit + 4 690 demandeurs). Entre juin 2020 et mars 2021, les demandeurs d’emploi ont diminué de 1,1% (soit 530 demandeurs en moins). Pourtant en mars 2021, le volume de demandeurs d’emploi dans toutes les catégories (ABC) est en hausse de 5,8% (contre 4,1% en Bourgogne Franche-Comté).

Un net recul des recrutements sur un an

Pôle Emploi a comptabilisé 298 900 déclarations préalables à l’embauche entre avril 2020 et mars 2021 dans le département du Doubs, soit une baisse de 23% par rapport à la même période 2019. Au 1er trimestre 2021, la baisse est de 13% comparée au 1er trimestre 2020. Sur la région Bourgogne Franche-Comté, c’est une baisse de 20% sur la période avril 2020 et mars 2021 et seulement de 6% sur le premier trimestre 2021.

Les offres d’emploi suivent la même tendance : dans le Doubs, Pole Emploi a enregistré 17 000 offres d’emploi entre avril 2020 et mars 2021, soit une baisse de 25% par rapport à la même période un an plus tôt. La baisse n’est que de 20% dans la région, alors qu’elle est de 27% au niveau national.

Baisse importante des offres d’emploi

Il convient de relativiser les chiffres fournis par Pôle Emploi qui portent sur la période du 1er trimestre 2021, soit 2 mois avant la réouverture des commerces, lieux de culture, bars et restaurants. Entre avril 2020 et mars 2021, on a enregistré un recul de 45% dans le secteur de l’hôtellerie-restauration, de 42% dans l’industrie, 37% en transport-logistique ou encore 23% dans le commerce et la grande distribution. Les projets de recrutement en 2021 sont en légère baisse par rapport à 2019. Pôle  Emploi a recensé 8 550 projets de recrutement sur le bassin d’emploi de Besançon, soit 53% de projets du département, 2 010 projets soit 13% sur le bassin de Pontarlier, 1 490 projets, soit 9% sur le bassin de Morteau et 3 940 projets, soit 25% sur le bassin de Montbéliard.

Moins d’un quart des entreprises du Doubs annonçaient en fin d’année 2020 souhaiter embaucher (23,6% contre 24,5% en 2019).

53% de CDI

Contrairement à l’idée reçue, la majorité des intentions d’embauche est prévue en CDI contre 16,3% en CDD supérieurs à 6 mois et quand même 30,8% en contrats inférieurs à 6 mois (intérim en grande partie). 42% des intentions d’embauches concernent des départs de salariés, 28% le développement de nouvelles activités et pour seulement 23%, on le comprend, un surcroît d’activité.

Les 3 métiers les plus recherchés dans le Doubs

1 128 postes d’agents d’entretien dont 32% sont réputés difficiles à trouver pour les employeurs ; 630 postes d’aides-soignants dont 56% sont jugés difficiles et 626 poste d’aides à domicile, travailleur familial, difficile à pourvoir dans 90% des cas. Dans les causes des difficultés de recrutement, les employeurs identifient dans 84% une pénurie de candidats !!!, dans 65% des candidats ne correspondant pas au profil (inadéquation entre l’emploi et la formation…), et dans une moindre mesure les difficultés d’accès au lieu de travail ou le déficit d’image de certaines entreprises.

La zone frontalière concentre les plus fortes difficultés de recrutement selon les employeurs : les bassins de Saint Claude, Pontarlier, Morteau et Montbéliard sont logiquement plus difficiles du fait de la proximité de la Suisse, « aspirateur à emplois ».

Les 10 métiers où le recrutement est le plus difficile

Dans le département du Doubs, 100% des difficultés de recrutement concernent les plombiers, chauffagistes et couvreurs, 90% des aides à domicile, aides ménagers et travailleurs familiaux, 84% des maçons ou 82% des conducteurs et livreurs courte distance.  À l’inverse, les métiers d’agent des services hospitaliers, de surveillant d’établissements scolaires, de professionnel des spectacles et  ouvrier non qualifié de type industriel ne présentent aucune difficulté de recrutement.

L’enquête Pôle Emploi 2021 est un simple indicateur compte tenu de la période de crise sanitaire et des difficultés pour les employeurs d’appréhender la reprise économique, même si celle-ci semble plus dynamique que prévue initialement. Les politiques d’emploi et de formation ne sont pas suffisamment réactives face aux besoins d’adaptation permanents des entreprises, les contraintes administratives trop lourdes, autant de boulets pour ralentir la reprise. Le département du Doubs possède pourtant de nombreux atouts ; si le tissu économique est bridé dans ses innovations et sa capacité à investir et embaucher, nous risquons d’être les oubliés de la relance mondiale.

Yves Quemeneur