“Bisontines, Bisontins” une liste pour les municipales à Besançon

797
liste
Karim Bouhassoun a présenté mardi 17 septembre les grandes lignes de la liste qu'il souhaite conduire aux municipales ©YQ

Mais pour qui roule Karim Bouhassoun, la tête de liste de l’association citoyenne fondée en 2018 ? L’association avait fait parler d’elle en 2018 en organisant un match de football entre jeunes de Planoise et policiers municipaux et nationaux : une opération de com’ réussie pour ce « citoyen » branché.

A nous la parole !

C’est le slogan de l’association qui revendique 500 adhérents. Karim Bouhassoun et son équipe ont fait le constat : “aucun parti ne prend en compte les attentes réelles des habitants. Il y a urgence à agir pour une citoyenneté active au service de l’intérêt général…”

liste "Bisontines Bisontins" 2020
Karim Bouhassoun, tête de liste de “Bisontines, Bisontins” le mouvement citoyen de Besançon ©YQ

Le tout juste quadragénaire est pourtant au cœur du système qu’il dénonce. Conseiller depuis cinq ans au cabinet de Marie-Guite Dufay la présidente socialiste de la région Bourgogne Franche-Comté, diplômé de SciencesPo Paris en 2006, il a déroulé sa jeune carrière politique dans les ministères et au gré des candidatures que le parti socialiste voulait bien lui confier.

“J’aime cette ville” dit-il en parlant de Besançon ! Il a aimé aussi l’Essonne où il fut candidat aux cantonales en 2011, puis Vigneux-sur-Seine dans la proche région parisienne comme candidat à la mairie en 2014. Entre-temps, il fut directeur adjoint du cabinet du maire socialiste de Nevers.

Karim Bouhassoun tente un grand écart quand il dit “s’adresser aux abstentionnistes déçus par la politique professionnelle”. On ne trouve nulle part dans son CV la fonction de chef d’entreprise qu’il revendique dans son parcours.

“Bisontines, Bisontins” un projet pour une « belle ville »

Karim Bouhassoun veut les transports en commun gratuits dès 2020 pour les jeunes et les seniors. “C’en est fini de la ville du tout voiture” dit-il. Il entend faire du pôle Saint-Jacques “la cité de la croissance verte” avec un laboratoire consacré au développement de l’hydrogène, carburant du futur. Pour l’association citoyenne, Besançon doit devenir la capitale du numérique, sorte de “silicon valley du Doubs”. Il souhaite également que Besançon soit “la capitale du sport féminin…quitte à prendre une partie des subventions qui vont actuellement au sport masculin” a-t-il risqué en répondant à la question incisive d’un confrère.

Fermes urbaines pour une autosuffisance alimentaire, végétalisation des places et du boulevard de ceinture de Besançon, assemblée populaire, budget participatif, l’association présentera ses 40 propositions le 25 septembre, salle Proudhon à Granvelle. Mais pour qui roule Karim Bouhassoun ?

Yves Quemeneur