Ça va chauffer pour 206 300 ménages en Bourgogne Franche-Comté

225
A compter du 1er janvier 2022, le renouvellement ou l'installation de chaudières au fioul seront interdits en France

Dans un communiqué du 30 juillet 2020, l’INSEE ne parle pas de la chaleur estivale mais des conséquences des décisions gouvernementales visant à supprimer le chauffage au fioul.

La Bourgogne Franche-Comté est la région de France la plus équipée en chauffage au fioul

Si un tiers des ménages se chauffe au gaz de ville et 20% à l’électricité, le fioul représente 16% du chauffage dans la région contre 11% en moyenne en France métropolitaine. Ce sont donc 206 300 ménages qui vont être impactés par la décision du gouvernement d’interdire à compter du 1er janvier 2022, les remplacements d’installations au fioul et les nouvelles installations. Le taux d’équipement de chauffage au fioul dans la région est légèrement supérieur à la région Grand Est et Bretagne (15%) et bien plus qu’en Ile-de-France (6%) ou en Corse (3%).

La faute aux logements anciens et aux maisons

Ce mode de chauffage concerne davantage les logements anciens et les maisons. En Bourgogne Franche-Comté, la moitié des résidences principales ont été construites avant 1970 contre 45% en moyenne dans l’hexagone. Et les très vieux logements (construits avant 1919) sont davantage chauffés au fioul que les plus récents (après 2006).

La région, surtout rurale, est très tournée vers l’habitat individuel (64% contre 56% au niveau national). Le fioul est le combustible plus généralement utilisé dans les maisons, 3,5 fois de plus que pour les appartements.

La décision du gouvernement va également dans le sens de l’économie pour les ménages et une plus grande facilité d’utilisation. Le fioul est plus onéreux que le gaz (8,63€ pour 100 kwh contre 10,25€ – prix de novembre 2018). Et le gaz bénéficie d’une continuité d’approvisionnement alors que le consommateur est tenu à vérifier le niveau de sa cuve pour se réapprovisionner. Ces deux raisons expliquent que la part des résidences principales chauffées au fioul ait été divisée par deux en 35 ans. Enfin, le gaz rejette moins de gaz à effets de serre que le fioul (234 g de CO²/Kwh contre 300).

Le Jura et la Haute-Saône seront les plus pénalisés

21% des ménages de ces deux départements utilisent le fioul comme combustible principal de chauffage. La Haute-Saône possède le parc de logements en proportion le plus tourné vers les maisons individuelles. Dans une moindre mesure, le Doubs est plus équipé, principalement sur les plateaux et en montagne.

Les départements plus urbanisés comme le Territoire-de-Belfort, la Côte-d’Or et la Saône-et-Loire utilisent peu le fioul du fait principalement du nombre plus important d’habitations collectives.

Ils sont 27 distributeurs indépendants en Franche-Comté à livrer 235 millions de m3 de fioul chez 115 000 habitants. Qu’en sera-t-il de leur activité à partir de 2022 ? Qu’en sera-t-il des raccordements au gaz dans les zones rurales ? Pour un gain de CO² somme toute minime.

Yves Quemeneur

 

Source : Insee, recensement de la population 2016 (enquêtes annuelles 2014 à 2018)