C’est parti pour la conférence citoyenne sur les Vaites

348
Le quartier de Vaites à Besançon

La Maire de Besançon l’avait annoncé. Après le rapport de 76 pages des experts scientifiques, vient le temps de “l’intelligence collective”. La conférence citoyenne devrait aboutir en septembre à une décision du conseil municipal sur l’avenir des Vaites.

Un calendrier serré

Depuis le 19 mars, 10 à 12 000 bisontins tirés au sort sur les listes électorales vont recevoir dans les prochains jours un courrier de la Mairie leur proposant de participer à la convention citoyenne. Les volontaires seront invités à remplir un questionnaire. Sur la base d’une liste de 500 à 700 volontaires, un second tirage au sort respectant les critères d’âge, de quartier, de profession conduira à sélectionner 47 personnes auxquelles s’ajouteront 3 jeunes de moins de 25 ans issus des quartiers prioritaires de la ville (QPV) retenus par les associations de quartier.

Jusqu’au 9 mai, chaque bisontine et bisontin pourra apporter ses contributions et commentaires sur la plateforme besancon-vaites.jenparle.net un site dédié qui devrait être opérationnel rapidement. Une synthèse des contributions sera alors réalisée pour permettre à la conférence citoyenne de travailler à partir du 29 mai.

Après une séquence de formation, les 50 membres de la conférence citoyenne seront invités à travailler sur le projet des Vaites et à auditionner les parties prenantes jusqu’au 19 juin.  Le 3 juillet, la dernière séquence sera consacrée à la rédaction des préconisations qui sera soumise à la majorité municipale.

Au cours du conseil municipal du mois de septembre 2021, une décision sera prise sur l’avenir de cet éco quartier. “La majorité municipale ne se conformera pas obligatoirement aux préconisations de la conférence citoyenne” a souligné Kevin Bertagnoli, l’adjoint en charge de la démocratie participative. Il a souligné également la volonté d’associer plus souvent les habitants aux décisions “la conférence citoyenne sur les Vaites est le premier projet de démocratie participative, ce n’est pas le dernier”. Les décisions engageant l’avenir de Besançon risquent de traîner en longueur…

L’agence Respublica installée à Arcueil dans la région parisienne (Avenue Lénine…ça ne s’invente pas) touchera 55 000€ pour l’organisation et le suivi de cette démarche citoyenne.

Qui vérifiera la stricte neutralité du tirage au sort des citoyens ? Les 50 personnes seront-elles totalement indépendantes dans leurs préconisations ? Et si leurs conclusions aboutissent à une position non partagée par la majorité, en sera-t-il pour les Vaites d’une même décision que lors du référendum sur la gare TGV ?

Le rapport du GEEC a conclu à un redimensionnement du projet initial qui pourrait faire consensus. C’est un peu dommage de risquer de renvoyer à nouveau ce projet aux calendes grecques !

Yves Quemeneur