Chronique de l’imbécilité ordinaire

834
Un spectacle affligeant mais malheureusement pas inhabituel.

Bien triste spectacle un petit matin d’été pour les employés de la Ville de Morteau en arrivant à l’aire de pique-nique du Bois Robert…

On pourrait parler civisme bien sûr une notion sans cesse rappelée par les collectivités et relayée par la presse. Débattre sur l’éducation, celle que se doivent d’inculquer les parents en n’oubliant pas que les enseignants sont eux en charge de l’instruction. Mais en l’espèce on peut aussi parler intelligence, ou pas d’ailleurs, en pensant que pour s’occuper, ces fêtards n’ont rien trouvé de mieux à faire que de saccager le site.
Cette aire de pique-nique du Bois Robert, à l’écart de la ville, avait pourtant été nettoyé par les agents municipaux la veille car il y avait déjà quelques petites choses qui avaient été « oubliées » sur place. Mais ce matin-là, les limites ont été dépassées. La consternation était de mise à la mairie comme du côté de l’agriculteur exploitant le champ derrière l’aire de pique-nique qui s’est fait voler puis brûler une balle-ronde de foin. Outre les détritus en tout genre, des tessons de bouteilles jonchaient le sol ce qui est évidemment très dangereux et rendait le lieu inaccessible aux familles qui souhaiteraient pique-niquer. Des attitudes inqualifiables sur des sites aménagés comme ce fut le cas ici mais qui sont aussi fréquents sur les parkings au bord des routes départementales. Détruire les biens publics, juste pour s’amuser ? Alors faut-il placer des caméras de surveillance partout et entendre ensuite les mêmes individus déplorer une atteinte à leur liberté ? la question se pose. En attendant, s’ils se font prendre, des travaux d’intérêt général seraient sans doute une bonne façon de faire ce rattrapage minimum dans leur éducation.