Coagulation

39

C’est reparti ! Je l’ai déjà évoqué ici : la coagulation est de retour.

Les forces des uns « se coagulent » avec celles des autres pour une plus belle manif’. Ils sont peu nombreux ceux qui souhaitent simplement se coaliser pour unir leurs forces et peser sur les décideurs. Dans nos médias, les coagulés qui
l’emportent.

Me mettre la rate au court-bouillon ne me convient guère. C’est un organe qui joue un rôle central dans la coagulation et je me le mets (à gauche) pour cet usage. Pas plus ne me convient de me faire de la bile pour le beau langage. J’ai donc plutôt choisi de tomber dans le panneau et de vous offrir quelques phrases parfois crues, toujours de mon cru, en mimant cette bévue puisqu’elle devient la règle.

Mon sang n’a fait qu’un seul tour parce que je me suis coagulé. Avec ceux qui parlent ainsi !

Les constipés se sont coagulés dans les principaux boyaux de la ville au point de boucher l’accès à l’évêché.

Bon sang de bon sang ! Une coagulation des manifestants dans les artères de la capitale, ç’est pas de veine !

Mutinerie sanglante : des marins se coagulent dans les
vaisseaux !

Coagulés sur la grand’ place, ils jettent des caillots qui maintenant bouchent la circulation.

Pour colmater l’hémorragie, les victimes se sont coagulées vers la Pharmacie et se sont mis à panser.

Après la manif’ beaucoup saignaient du nez : le médecin a demandé un bilan de coalition.

On me dit : calmez-vous ! « Coaguler » c’est une métaphore ! Alors, si employer des mots qui se ressemblent à contresens devient une figure de style, je veux bien être mis à l’amande !