Conseil départemental du Doubs, “une assemblée de frimas après un été torride”

147

C’est par ces mots que Christine Bouquin Présidente du conseil départemental, a ouvert la séance plénière du 28 septembre.

Peu de rapports et encore moins de rapports susceptibles de provoquer des débats houleux. A quelques mois du renouvellement de l’assemblée territoriale, il ne restait à l’opposition qu’une riposte sur la forme à défaut du fond.

Dans son propos liminaire, la présidente du département a bien entendu évoquée la crise sanitaire “elle fait toujours partie de notre quotidien…et il est impossible de ne pas redouter une aggravation de la situation et ses conséquences”. Malgré le passage en zone rouge,  la situation dans le Doubs est contenue “nous avons la démonstration qu’il faut vivre avec le virus”. La présidente poursuit “nous sommes prêts à faire vivre les solidarités humaines qui sont au cœur de notre mission”.

20 ans d’amitié entre Christine Bouquin Présidente du département du Doubs et Annick Jacquemet nouvellement élue au Sénat ©YQ

Christine Bouquin a profité de l’occasion pour féliciter les deux sénateurs réélus (Jacques Grosperrin et Jean-François Longeot) et l’élection à la Chambre Haute d’Annick Jacquemet, 1ère vice-présidente du département (elle devra quitter ses fonctions au département). Elue aux côtés de Jean-François Longeot à quelques dizaines de voix près, Annick Jacquemet « chipe » le siège de sénatrice promis sur le papier à Barbara Romagnan ou Nicolas Bodin qui n’avaient pas réussi à s’entendre.

Relais important dans le financement des communes et communautés de communes, la présidente a rencontré tous les nouveaux élus des EPCI (com’com, d’agglo et communauté urbaine) “pour poser les bases d’un dialogue permanent et faire le point sur les contrats P@C”.

Sans surprise, la crise économique impacte fortement le nombre de bénéficiaires du RSA ; Le département a recensé 726 nouveaux allocataires entre mars et août 2020. “Nous sommes vigilants et à l’écoute des besoins” a poursuivi Christine Bouquin. Elle a poursuivi en abordant le problème des mineurs isolés en soulignant “le dialogue constructif avec Monsieur le Préfet pour apporter des réponses adaptées à chacun des jeunes dont nous avons la responsabilité partagée…loin de toute polémique” a-t-elle conclu sur ce point.

Enfin, elle a rappelé que le département est présent sur toutes les thématiques environnementales “avec réalisme et pragmatisme” qu’il s’agisse des périodes de sécheresse et de la problématique de l’eau sur le territoire, d’accompagner de nouvelles pratiques agricoles, de l’action sur l’évolution du tourisme en particulier en hiver et aussi de la politique cyclable du département définie en juin dernier. Le Doubs a été retenu parmi les 7 projets régionaux retenus dans l’appel à projet national « continuités cyclables » pour les travaux sur l’Eurovélo 6 entre Dampierre sur le Doubs et Colombier Fontaine.

La partie tourisme n’a pas été oubliée. Crise sanitaire oblige, les français ont joué le jeu du tourisme local. Les opérations « Billets Doubs » et « Doubs séjours » ont fait le plein pendant l’été, profitant à 79% aux habitants originaires de Franche-Comté.

David Barbier, pour la minorité, répond à la Présidente

C’est la forme plutôt que le fond qui primait dans les propos du porte-parole de la minorité. “Notre terre comtoise se meure, les arbres meurent, l’eau se raréfie, la vie peine désormais à se développer”. Il poursuit sur la commande publique “le cahier des charges de notre commande publique n’a pas été adapté pour favoriser la production locale”. L’élu du canton d’Audincourt oublie (toujours sur la forme) de préciser les contraintes européennes qui régissent les commandes publiques. David Barbier demande que “le télétravail pour tous les agents du département qui le souhaitent, soit facilité « dès cette semaine » et non en novembre, ou l’année prochaine”. La Présidente lui répondra que le télétravail doit être négocié avec les organisations syndicales, qu’il doit également prendre en compte un matériel informatique adapté et enfin répondre aux risques de virus informatiques. “Nous réclamons un plan d’urgence eau et forêts, des actions concrètes et structurantes pour sauver le dépérissement des forêts et l’assèchement du Doubs”. On sent dans les propos comme un préliminaire aux prochaines joutes électorales. Il conclut sur « le green washing » du département. “L’environnement n’est pas votre priorité”.

Sept rapports votés à l’unanimité

L’assemblée a voté la convention pluriannuelle avec Grand Besançon sur le projet de renouvellement urbain de Planoise et particulièrement la construction de la coopérative du numérique. Dans le cadre des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le département s’est engagé dans une démarche « partageons nos sports » autour de 24 actions labellisées « Terre de Jeux », totale unanimité sur ce rapport. Enfin, le plan de prévention du bruit dans l’environnement a été également voté à l’unanimité par la mise en œuvre de travaux rendant les routes départementales moins bruyantes.

Frédéric Barbier essaie une « pique » à la Présidente en évoquant la querelle entre la Région et le département du Doubs ! “La population n’a pas à pâtir des positionnements politiques des différentes collectivités”. Christine Bouquin clôt le sujet en assénant “je n’ai pas de soucis avec la présidente de la Région…ce n’est pas forcément le cas avec certains de ses vice-présidents”.

Il reste six mois à l’exécutif et à l’opposition actuels avant les prochaines élections cantonales. Il serait bon d’oublier les querelles de chapelles pour le bien de tous les habitants du Doubs.

Yves Quemeneur