Conseil municipal extraordinaire sur l’ISBA

361
Classements sans suite dans l'affaire de l'ISBA

Le 8 avril dernier, à la suite d’une conférence de presse donnée par la Maire de Besançon Anne Vignot et Aline Chassagne son adjointe à la culture, la présomption d’innocence semblait un concept vague pour l’exécutif municipal. Le conseil municipal, tenu le 19 avril pour valider la nomination par intérim du directeur de l’ISBA, a essentiellement porté sur les modalités de la procédure administrative.

Zoom et le masque ne font pas bon ménage

Il était très difficile de suivre le conseil municipal du 19 avril en vidéo. S’il était aisé de suivre les interventions des élus (seuls chez eux et sans masque), les propos de la Maire et de son adjointe à la culture étaient totalement incompréhensibles, les deux élues portant un masque en permanence, sans parler d’un bug informatique ne permettant pas de suivre la séance en direct sur le site de la Ville.

Laurent Devèze au cœur de la procédure

Pour Ludovic Fagaut, chef de file de l’opposition « Besançon Maintenant » ce conseil municipal extraordinaire ne porte pas sur le détachement d’un agent de la Ville pour assurer à 50% la direction de l’ISBA mais bien sur « la faute grave » reprochée à Laurent Devèze, directeur de l’institut des Beaux-Arts depuis 12 ans. « Nous sommes des élus, issus du suffrage universel » poursuit Ludovic Fagaut « et si le détachement d’un agent est une décision du conseil municipal…celui-ci n’est pas une formation juridictionnelle ».

« Nous ne vous faisions déjà plus confiance, mais là, on atteint des sommets »

Sur le résultat de l’enquête administrative, Ludovic Fagaut cite les propos de la Maire de Besançon :

« Concernant les agressions sexuelles, rien n’a permis de les révéler ; concernant le budget de l’               ISBA, aucun fait de détournement ; sur le racisme évoqué, rien n’a été reconnu ; sur l’attribution de diplôme du fait du directeur, rien ne le révèle ; sur les témoignages, 50% de pertes entre les propos oraux et ceux écrits ». Tout juste Anne Vignot parle de « manquements du directeur sur ses obligations pour des fêtes constatées avec alcool au sein de l’ISBA », fêtes auxquelles Laurent Devèze ne participait pas, précise Ludovic Fagaut.

Sur demande de la présidente de l’ISBA (Aline Chassagne, adjointe à la culture) Laurent Devèze a été démis de ses fonctions et suspendu à titre conservatoire avec fin anticipée du détachement pour faute grave. Anne Vignot, qui souligne son attachement aux droits de la défense, insiste pourtant « la faute grave est retenue dans cette enquête administrative pouvant aller jusqu’à la révocation »…on fait mieux en matière de droits de la défense !

Le remplacement de Laurent Devèze par Nicolas Surlapierre ne suscite aucune polémique, le directeur des musées de la Ville faisant un large consensus pour la qualité de son travail. Toutefois, Ludovic Fagaut s’inquiète des conséquences de cette nomination à titre provisoire : « croyez-vous que l’ISBA ne mérite qu’un directeur à 50 % et que le Musée ne mérite qu’un directeur à 50 % aussi ? Surtout au regard de la situation actuelle : réouverture des espaces culturels à venir, fin d’année scolaire à l’ISBA, rentrée scolaire à préparer, projet d’établissement à redéfinir … Il faut un directeur par intérim à 100% ».

Une procédure pénale mal engagée

Interrogé sur les suites pénales données aux dénonciations sur les réseaux sociaux, Etienne Manteaux le Procureur de la République de Besançon reste dubitatif. « Les auditions des « victimes » demeurent floues et le résultat de l’enquête administrative n’apporte aucun élément nouveau à l’appui d’une procédure pénale ». Le Procureur avisera des suites ou pas à apporter à cette affaire d’ici la mi-mai.

« On ne livre pas en pâture au public une personne sur les réseaux sociaux, la présomption d’innocence est une règle de droit impérative » a conclu Ludovic Fagaut hier soir, précisant que les membres de son groupe d’opposition s’abstiendraient sur le remplacement du directeur, abstention partagée par les élus Lrem et Modem.

Yves Quemeneur