Coopilote se lance dans le digital

251
Les entrepreneurs bisontins de "IP-IP la coop digitale" ©YQ

“La Boîte à Entreprendre” créée à Besançon en 2002, passe à la vitesse numérique en lançant IP-IP, la coopérative digitale des entrepreneurs de Bourgogne Franche-Comté.

Coopilote est un groupe de coopératives d’activité et d’emploi (CAE) qui accompagne celles et ceux qui ont l’esprit d’entreprendre et cherchent de nouvelles formes de travail indépendant. La structure permet aux professionnels de nombreux secteurs de vivre de leur savoir-faire, sans forcément se lancer dans la création d’une entreprise classique. Regroupés au sein de quatre coopératives d’intérêt collectif (SCIC), les entrepreneurs interviennent dans tous les domaines de l’activité économique (agriculture, bâtiment, artisanat, conseil…) Coopilote gère et accompagne 230 entrepreneurs-salariés en Franche-Comté. Le groupe est implanté sur trois sites (Besançon, Montbéliard et Lons-le-Saunier).

Entrepreneurs et salariés ?

Cela paraît incongru et pourtant ça marche ! L’un des principaux freins à la création d’entreprise est “la peur du risque”. Ils ont un projet, parfois pas ou peu de fonds et viennent souvent du monde salarié et des contrats de travail relativement sécurisants. Coopilote leur offre un terrain de jeu collectif où ils vont pouvoir exercer leurs talents, développer leurs projets, tester les marchés, comparer et se former. Le statut, qui n’est pas le « portage salarial » ni une entreprise à part entière (l’entrepreneur ne dispose pas de n° Siret), répond à une phase de lancement dans un cadre innovant où les entrepreneurs deviennent actionnaires de la coopérative.

IP-IP la coop digitale

Passant du bâtiment ou de l’artisanat à l’univers 2.0, IP-IP a été créée en collaboration avec « Silicon Comté », l’association créée en 2014 par quelques professionnels indépendants de la filière numérique franc-comtoise. Coopilote souhaite ainsi offrir aux créateurs de contenus, aux développeurs Web ou aux professionnels du marketing et de la vente en ligne, un lieu d’accueil pour tester leur modèle économique et leur laisser le temps de travailler sereinement dans un environnement sécurisant en rompant avec l’isolement. IP-IP donne la possibilité aux porteurs de projets une plus grande visibilité et profiter d’un réseau.

Mutualiser les outils, partager les bonnes pratiques, monter en compétences : cette offre de services bénéficie aux entrepreneurs-salariés au travers d’une dynamique commerciale collective. Tout cela a un prix…

Quel statut pour quel coût
Vincent Gérard, Gérant de Coopilote et Céline Baverel, cheffe du projet numérique ©YQ

Coopilote n’est pas une pépinière d’entreprises. Sous le statut coopératif, l’entrepreneur passe par deux phases. Dans un premier temps, il va tester son projet avec la coopérative, sa viabilité potentielle et commencer son développement. Pendant cette phase (tant qu’il n’y a pas de chiffre d’affaires et au maximum 3 ans) l’entrepreneur peut continuer à percevoir des revenus de remplacement (ils sont souvent anciens salariés affiliés à Pole-Emploi). Dès que l’activité commerciale démarre, l’objectif est que l’entrepreneur amortisse ses frais et finance son salaire. Actuellement, selon Vincent Girard Gérant de la coopérative franc-comtoise, “20 à 25% sortent du dispositif la première année, 15% retrouvent un emploi de salarié traditionnel et 50 à 60% pérennisent leur activité dans le cadre de la coopérative”.  Dès les premiers mois de chiffre d’affaires, l’entrepreneur va acquérir des parts sociales de la coopérative (sur la base de 1% de son salaire) et rétribuer la structure (administrative, comptable, financière…) à hauteur de 10% de sa marge brute.  Pour Céline Baverel, cheffe de projet numérique chez Coopilote, “le tout récent réseau numérique comprend 12 entrepreneurs numériques sur Besançon et une trentaine sur l’ensemble de la région Bourgogne Franche-Comté”.

La Franche-Comté est terre d’innovations. Elles sont technologiques et sociales. C’est la force des comtois. IP-IP en est une nouvelle preuve.

Yves Quemeneur

Plus d’infos Céline Baverel au 06 52 14 16 36 ou cbaverel@ip-ip.coopwww.ip-ip.coop