Coronavirus : le CHRU de Besançon déclenche “le plan blanc”

629
Conf' presse Coronavirus 09.03.2020
La professeure Catherine Chrirouze, chef de service des maladies infectieuses, Samuel Limat Président de la communauté médicale, Chantal Carroger directrice générale du CHRU Jean Minjoz et le professeur Thibaut Desmettre chef du pôle Urgences Samu Réanimation ©YQ

Chantal Carroger, la directrice générale du CHRU Jean Minjoz de Besançon vient d’annoncer ce lundi le déclenchement du plan blanc de réorganisation du centre hospitalier.

Entourée de la Professeur Catherine Chirouze, chef de service des maladies infectieuses et tropicales et du Professeur Thibaut Desmettre, chef du pôle Urgences –Samu et réanimation, Chantal Carroger a précisé que le plan blanc consiste à adapter les moyens et l’organisation du centre hospitalier à une probable augmentation des cas détectés de coronavirus sur Besançon et la région. C’est la première fois que le plan blanc a été déclenché depuis 2006 (un cas concernant l’intoxication de 68 collégiens). C’est dire l’importance de ces mesures exceptionnelles.

Pas d’inquiétude sur le nombre de lits et les moyens humains

A ce jour, le nombre de lits affectés au COVID19 est passé de 13 à 48 lits permettant de répondre à une demande supplémentaire d’hospitalisations. Certaines interventions chirurgicales (non urgentes) ont été déprogrammées pour affecter le personnel vers la gestion du coronavirus, voire augmenter le personnel du centre 15. Les formations prévues ont été annulées ainsi que les RTT. Les horaires sont adaptés et les heures supplémentaires déplafonnées, tout cela en accord avec les partenaires sociaux du centre hospitalier.

Chantal Carroger incite les familles, amis ou relations à restreindre les visites aux malades hospitalisés.

Le Centre 15 surchargé mais pas débordé

Le professeur Desmettre, chef du pôle des urgences, rappelle que les patients présentant des symptômes de grippe ou de fièvre, ne doivent pas se rendre chez leur généraliste mais appeler le 15. Un serveur vocal les dirige vers une salle “bis” de régulation traitant spécifiquement du COVID19. Le renfort de volontaires de la Croix Rouge assure une réponse rapide et oriente les personnes vers la solution adaptée à leur cas sur l’ensemble des quatre départements francs comtois.

Le centre 15 a enregistré 411 dossiers supplémentaires sur une période de 24 heures. A 14h ce lundi 9 mars, 278 dossiers avaient été enregistrés aux Urgences. Les équipes de régulation interrogent les patients pour tenter de détecter l’éventuelle origine de leur contamination. Étonnamment, le nombre de passages aux Urgences a baissé significativement ce dernier week-end.

Les conseils à suivre

Le professeur Chirouze rappelle les conseils de base, répétés depuis plusieurs semaines : se laver les mains régulièrement, tousser ou éternuer dans son coude, se moucher avec un mouchoir en papier et le jeter. Elle précise également que la population doit éviter, autant que faire se peut, les lieux avec beaucoup de personnes et d’appeler le 15 en cas de fièvre ou de symptômes grippaux.

Contrairement à certaines informations ou rumeurs, à ce jour les laboratoires d’analyse n’ont pas à effectuer de tests sur prescription médicale. Tout rapport avec le coronavirus doit être traité dans le milieu hospitalier.

La directrice générale du CHRU confirme également que la chirurgie ambulatoire continue normalement son activité. Seules les opérations chirurgicales, non urgentes et nécessitant plusieurs jours d’hospitalisation sont reportées.

Compte tenu de la proximité géographique avec le cluster de Mulhouse, le CHRU Jean-Minjoz de Besançon n’a pas tardé à prendre les mesures pour répondre à une éventuelle augmentation de l’épidémie dans la région.

Yves Quemeneur