Course-poursuite à Besançon sur fond de “deal” : un mort, un blessé grave !

335
la guerre des territoires continue à Besançon
La police félicitée par la Maire de Besançon

Le procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, faisait le point ce lundi des événements survenus hier soir et ce matin autour des luttes de territoires du trafic de drogue à Planoise.

Les “dealers” appellent la police au secours !

Hier en début de soirée, une course-poursuite s’engage entre deux véhicules Renault Mégane autour du quartier de Saint-Ferjeux. Les individus à bord du véhicule poursuivi appellent la police, craignant pour leur vie. La course les amènent Avenue Siffert où le véhicule poursuivant heurte la première voiture et l’immobilise. Avant que la police intervienne, des coups de feu sont tirés à bout portant tuant le conducteur de la voiture et blessant grièvement un passager. La police scientifique a d’ores et déjà recensé une quinzaine d’impacts de balles dans l’habitacle de la Mégane bleue. Quant aux agresseurs, ils avaient disparu à l’arrivée de la police.

Il semblerait, selon un témoin des faits, qu’un troisième individu victime ait réussi à fuir. Les deux victimes, âgés de 21 et 23 ans, étaient connus des services de police comme des « seconds couteaux » dans le trafic de drogue planoisien. La victime blessée dont le pronostic vital avait été engagé, n’a pas encore été entendu par les enquêteurs.

Hasard du calendrier

Ce lundi matin à 6 heures, des éléments du RAID et de la BRI sont intervenus dans le quartier de Planoise sur réquisition d’un juge d’instruction dans le cadre des enquêtes sur les fusillades qui ont ensanglanté le quartier depuis la fin du mois de novembre. Cette intervention était programmée de longue date et sans rapport direct avec le meurtre de dimanche soir.

15 personnes ont été placées en garde à vue ce lundi 9 mars pour tentatives d’homicides en lien avec du trafic de stupéfiants. La garde à vue de 48 heures peut être prolongée jusqu’à 96 heures. Il pourrait être envisagé que certaines des personnes interpellées et placées en garde à vue, aient un lien avec la fusillade meurtrière de l’avenue Siffert.

Incendie de la fourrière, le quatrième exécutant arrêté

Les trois premiers individus impliqués dans l’incendie de la fourrière le 31 décembre 2019 sont en détention provisoire (tout en niant les faits reprochés). Le quatrième participant était activement recherché, le seul à avoir opéré sans cagoule. Il a été interpellé le 6 mars. Il a reconnu son implication dans l’incendie. Il reste, selon le procureur de la République, à interpeller les commanditaires d’un acte criminel qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques.

Ces interpellations sont le fruit d’un travail intense et efficace des services de police judiciaire et de la sûreté départementale pour déstabiliser en profondeur le trafic de stupéfiants dans le quartier de Planoise. Ce travail porte ses fruits et la guerre des territoires en est une conséquence. Les parts de marché d’un “business fructueux” changent de main. C’est avec une main ferme que justice et police agissent. Comme le souligne justement un candidat à la mairie de Besançon “on n’attrape pas les malfrats avec des filets à papillon”.

Yves Quemeneur