David Arnoux toujours à l’heure !

45
Un nouveau record pour David qui prépare déjà un nouveau défi. (Photo François Vuillemin)

C’est encore une fois à Granges en Suisse, sur une piste qu’il connait parfaitement et par une chaleur écrasante que l’oricampien a réalisé un nouvel exploit. Avec déjà, un nouvel objectif en vue.

En une heure, David Arnoux a parcouru 44,540 km, améliorant ainsi très nettement le record de France en la matière établi à 42,928 km. Cette distance est donc bel et bien homologuée et devient temps de référence et meilleure performance (FSGT) des vétérans ce qui est d’autant plus remarquable compte tenu des conditions très difficiles. « Il faisait lourd, très lourd…une atmosphère orageuse qui a été difficile à supporter » confie le champion « pas de problèmes au niveau du souffle et du rythme cardiaque mais les jambes avaient du mal à suivre. Il me fallait de plus en plus de temps pour boucler un tour de piste mais je n’ai pas voulu abandonner » poursuit-il, avouant avoir été motivé par la volonté de ne pas décevoir les partenaires qui le soutiennent et toutes les personnes qui le suivent et l’encouragent.

Parmi les spectateurs venus l’encourager, outre sa famille et son équipe dont son entraineur Didier Faivre-Pierret, David a apprécié la présence d’un ancien cycliste de renom, René Ostertag, un alerte nonagénaire, coureur de haut niveau dans les années 50 qui a fait partie des pelotons aux côtés de Louison Bobet ou encore Fausto Coppi. Il n’a pas caché son admiration pour David Arnoux qu’il a chaleureusement félicité à l’issue de cette heure intense.

Pas le temps de se reposer sur ses lauriers pour ce véritable champion puisque d’ores et déjà un nouveau rendez-vous est inscrit à son calendrier dès le 12 octobre : les mondiaux de poursuite individuelle sur 3 000 mètres à Manchester. « la préparation n’est pas la même. On parle cette fois d’efforts plus courts et plus intenses donc les entrainements doivent en tenir compte » confie David, médaillé de bronze en juin aux championnats de France de la discipline, qui, même s’il sait que le niveau sera très relevé, rêve d’un podium.