David Ligier, président du CAP Rugby, tourné vers l’avenir

494
David Ligier ici aux côtés de Bernard Laporte, président de la FFR.

Il avait déjà vécu une fin de saison dernière marquée par le confinement. Deuxième acte en cette fin d’année et toujours autant d’incertitudes mais quand même une motivation intacte pour le président du CAP rugby David Ligier.

Racontez-nous comment le club a vécu ces derniers mois…

La saison dernière, le championnat a été gelé donc il n’y a pas eu de play-offs et phases finales. Il a été décidé par la fédération que les deux premiers montaient à l’échelon supérieur et qu’aucune équipe n’était reléguée. A ce moment-là, le CAP était 7ème avec de fortes chances de maintien au vu de nos prestations sportives.

Après le confinement, nous avons repris les entraînements en juin puis poursuivi notre préparation en juillet et août avant d’entamer la nouvelle saison. Mais, la pandémie nous a rattrapés puisqu’après un match amical contre les espoirs d’Oyonnax, nous avons appris qu’une grande partie des joueurs était positifs… du coup, on a dû faire tester tout notre effectif et on n’a pas pu jouer contre Saint-Claude dans l’attente des résultats. Heureusement tout le monde était négatif. Mais tous ces aléas ont compliqué notre préparation et notre reprise de championnat…

 

Une bonne reprise malgré tout et puis nouvelle coupure !

Nous étions confiants car dès la reprise, le groupe a montré de belles choses. Un jeu intéressant et des recrues qui se sont très vite intégrées dans le collectif. Les résultats ont été satisfaisants avec notamment une victoire à Dole dans un derby que nous n’avions pas gagné depuis longtemps !

On était donc bien parti mais après quatre journées, on a eu à déplorer de nombreux cas positifs au sein du club. Uniquement des joueurs mais personne dans l’encadrement. Tout s’est bien terminé pour tous et c’est l’essentiel.  Nos matchs ont évidemment été remis et quand il a été question de reprendre, la nouvelle du deuxième confinement est tombée ! A l’heure actuelle, nous n’avons pas encore de nouvelles en vue d’un redémarrage des matchs officiels. Nous sommes 7ème au classement avec deux matchs de retard et nous attendons les décisions…

 

Quelle est la situation sportive aujourd’hui ?

Seuls nos jeunes ont pu reprendre puisque notre sport se joue en extérieur et c’est déjà une bonne chose pour eux, ça leur permet de se défouler et de garder une activité physique. Mais les adultes n’ont pas droit à cette tolérance. Même avec un couvre-feu ce serait d’ailleurs difficile de placer des entraînements dans l’agenda entre le retour du travail et l’heure fatidique…

La fédération espérait une reprise des entraînements mi-décembre et des matchs le 20 janvier mais on s’achemine plutôt vers un retour sur les terrains fin janvier et une reprise du championnat en février. Il y a aura sans doute de nouveaux aménagements avec un abandon cette saison encore des phases finales.

 

 

Et côté finances, pas d’inquiétudes ?

Pour l’instant, nos dépenses sont en grande partie gelées elles-aussi puisque nous n’avons plus de déplacements et autres frais liés aux compétitions, juste quelques dépenses fixes qui sont supportables. Donc financièrement le club tient le coup avec une trésorerie suffisante… à condition que la situation ne s’éternise pas car nous avons aussi perdu beaucoup de recettes en devant annuler des manifestations.

On a aussi la chance de pouvoir compter sur le soutien indéfectible de nos partenaires et même au niveau des licences qui représentent une partie des entrées d’argent, nous avions noté en début de saison une hausse du nombre d’inscrits. C’est aussi la preuve que nous menons depuis des années une bonne communication pour mettre en valeur notre sport et une belle reconnaissance pour notre politique de formation et donc la qualité de notre encadrement.

 

Malgré tout, vous préparez déjà l’avenir à court et moyen terme…

On travaille comme si tout allait reprendre très vite afin de ne pas être surpris quand ce sera le cas. On sera prêt. En attendant, on est à l’écoute des décisions et des annonces. On explique la situation aux joueurs et aux bénévoles. Il faut rester en contact pour entretenir l’esprit club et la motivation des uns et des autres. Au niveau sportif, les joueurs ont un programme à suivre pour se maintenir en forme et pouvoir répondre présent dès qu’ils pourront retrouver les terrains.

Et on s’est déjà mis au travail pour le recrutement de la saison prochaine avec notamment en vue un joueur sud-africain qui a déjà évolué au CAP et a passé quelques années dans des clubs professionnels. C’est une belle perspective pour l’avenir. De quoi entretenir le moral en se disant que tout rentrera bientôt dans l’ordre et qu’on pourra enfin se retrouver sur et autour des terrains.

L’autre bonne nouvelle est l’annonce par la fédération de nouveaux intervenants auprès des clubs amateurs. Des apprenants, comme l’avait promis Bernard Laporte lors de sa campagne pour la présidence de la Fédération Française de Rugby. C’est une belle opportunité pour un club comme le nôtre qui va pouvoir encore accentuer son développement notamment auprès de plus jeunes.