De nombreuses pistes pour suivre un enseignement agricole

118
Plus de 200000 élèves suivent une formation agricole en France.

Établissements publics ou privés, formation initiale, formation continue, cycle supérieur cour ou école d’ingénieur… le panorama de l’enseignement agricole ouvre de multiples horizons.

« Choisir l’enseignement agricole, c’est faire le choix de formations menant à des métiers tournés vers l’avenir, en lien avec les grandes préoccupations de notre société : l’alimentation, l’environnement, les territoires, le développement durable, l’énergie. Un enseignement vivant, moderne, intégré dans son environnement » explique Noémie Perrigot, animatrice à l’ANEFA (Association Nationale pour l’Emploi et la Formation en Agriculture) Bourgogne Franche-Comté

Aujourd’hui, plus de 200 000 élèves, étudiants et apprentis fréquentent en France les 800 établissements publics et privés ainsi que dans les 135 centres de formation d’apprentis et 18 écoles d’enseignement supérieur agricole que compte l’enseignement général, technique et supérieur agricole.

Cet enseignement, sous tutelle du ministère en charge de l’Agriculture, deuxième dispositif éducatif en France après l’Éducation nationale, n’est pas l’apanage des enfants d’agriculteurs, bien au contraire.

En très grande majorité (plus de 85 %), les élèves et les étudiants ne sont pas issus du monde agricole. Et si certains pensent que les crises qui touchent depuis quelques années les principales productions pourraient détourner certains jeunes de l’agriculture, il n’en est rien !

« L’enseignement agricole, ce sont des formations pour tout niveau, de la 4e au bac dans l’enseignement général, technologique et professionnel, et de bac +2 au doctorat dans l’enseignement supérieur, accessibles par différentes voies d’accès : formation initiale scolaire et par apprentissage et la formation professionnelle continue ».

Ces établissements se veulent ouverts sur le monde, avec un ancrage territorial fort, un enseignement en lien étroit avec la recherche et l’innovation, pour promouvoir notamment l’agroécologie, une démarche qui vise à concevoir des systèmes de production agricoles performants en termes économiques, environnementaux, sociaux et sanitaires.

 

ENCADRE

Des nouveautés pour les futurs bacheliers

Les établissements de l’enseignement agricole proposent désormais un nouveau baccalauréat général et un nouveau baccalauréat technologique, accessibles aux élèves ayant suivi une seconde générale ou technologique. La réforme concerne surtout l’organisation des épreuves : introduction du contrôle continu, cinq épreuves terminales, au lieu d’une quinzaine auparavant.

Les lycéens qui passent le baccalauréat général en lycée agricole suivent le tronc commun, mais aussi bénéficient d’enseignements de spécialité spécifiques. L’enseignement agricole propose les enseignements de spécialité par exemple Biologie-Ecologie qui s‘intéresse aux enjeux majeurs de notre société tels que la lutte contre le changement climatique, le maintien de la biodiversité ou la préservation des ressources naturelles. La série STAV (sciences et technologies de l’agronomie et du vivant) s’intéresse elle aussi au développement durable comme réponse aux besoins actuels et futurs de la société dans les territoires. La pluridisciplinarité, les stages collectifs et individuels permettent des apprentissages concrets sur le terrain.

L’enseignement agricole offre enfin la possibilité de suivre l’enseignement optionnel « Ecologie agronomie, territoire et développement durable » (EATDD), en classe de seconde. « Une invitation à la découverte des sciences de l’environnement permet de s’initier aux sciences biologiques, aux méthodes de production, à l’écologie, mais aussi à la compréhension des territoires ».