Déliquescence

117

Observateur curieux (et parfois inquiet) du monde qui nous entoure une question me hante depuis bien des années : jusqu’où nous mènera l’intelligence humaine ? Et surtout : dans quel sens ? J’ai quelques craintes. L’usage sans mesure des écrans, l’utilisation dès le plus jeune âge du cannabis, des charges massives d’alcool, poétiquement dénommées « binge-drinking », le rétrécissement du temps de sommeil (nous avons perdu sous la couette 20 minutes en une génération), les réseaux sociaux qui vomissent leurs fake-news, les informations en boucle qui nous saisissent comme l’araignée dans sa toile et cette haine qui s’instille et s’installe dans tant d’échanges humains…

Aussi, quand j’ai découvert chez mon marchand de journaux une Revue de la Science, dont je tairai le nom, qui titrai en pleine page de couverture : L’intelligence humaine régresse-t-elle ? Ces signes avant-coureurs qui alarment les scientifiques… Les calculs de QI l’attestent… A-t-on atteint le point de non-retour ?, je me suis précipité pour régler les 8€90 qui me permettraient d’en savoir plus.

Las-moi, malgré ma lecture attentive, je n’ai rien trouvé dans la revue en quelconque rapport avec ces accroches. On y parlait de l’intelligence artificielle, de la découverte de l’étoile la plus lointaine, de décrypter très tôt l’Alzheimer…

J’ai compris que je n’aurais aucune réponse -et pas même une allusion- à la question qui barrait la couverture en caractère gras : « L’intelligence humaine régresse-t-elle ? ».

En revanche, je dois me rendre à l’évidence et constater que ma propre intelligence est en régression puisque je n’ai pas compris qu’aujourd’hui, pour ne pas se faire couillonner en achetant une revue, il était recommandé de la lire auparavant !

Pour vous (et heureusement pour cette rubrique !), Hebdo est gratuit.