Denis Gérôme, président de Commerce Grand Pontarlier

54
Denis Gérôme, président de l'Association Commerce Grand Pontarlier.

Denis Gérôme, le président de l’association de Commerce Grand Pontarlier, nous parle de l’année écoulée, avec ses réussites mais aussi ses moments de tension.

Comment a débuté l’année 2018 ?

Le début de l’année a été marqué par la baisse du franc suisse et par conséquent, du pouvoir d’achat. Les commerçants ont ressenti cette diminution et en ont pâti, forcément.

Comment s’est passé l’été, généralement faste ?

D’ordinaire, le chiffre d’affaires remonte en août mais cette année, décidément bien compliquée, ça n’a pas été le cas. Il y a eu une chute de 2 à 3 % en moyenne. Ça a été assez tendu, surtout dans le domaine vestimentaire.

Comment expliquez-vous cette baisse ?

Nous avons constaté qu’internet faisait bien des dégâts. De plus en plus d’achats sont réalisés sur le net, plombant ainsi les chiffres d’affaires des commerçants locaux. Là encore, c’est essentiellement le monde de la mode qui est le plus impacté.

Le début de l’automne fut meilleur ?

Ce n’est que début septembre que nous avons pu constater un redémarrage important et bienvenu ! De ce fait, ce mois de septembre fut particulièrement bon. Le mois d’octobre a été sensiblement identique à tous les mois d’octobre habituels.

Puis vient le mois de novembre …

Là, ce fut une véritable catastrophe. Depuis le premier blocage des Gilets Jaunes, les commerçants vivent une situation critique. Le premier week-end, ils on perdu jusqu’à 85% de leurs chiffres d’affaires. Le deuxième week-end, ce fut une perte de 50% et le troisième, à l’issue de négociations sur lesquelles je ne reviendrai pas, nous avons enregistré des pertes de 35% en moyenne. Nous avons averti les pouvoirs publics sur cette situation dramatique. Nous sommes sur les dents ! Et les salariés aussi sont très inquiets à l’idée de perdre leur emploi.

Comment l’État pourrait-il vous venir en aide ?

L’État nous permet déjà de reporter certaines taxes et la TVA. Mais on souhaiterait qu’Il abandonne purement et simplement certaines de ces taxes en début d’année, afin que les commerçants puissent se refaire une certaine santé et pour que certains n’aient pas à glisser la clé sous la porte. L’aide la plus importante nous viendrait des banques qui donneraient un sérieux coup de pouce en supprimant les frais de découvert.

Comment se prépare l’année 2019 ?

Malgré des pertes de l’ordre de 12 à 15% en 2018, nous voulons rester optimistes pour 2019. l’année débute avec les soldes* qui s’annoncent prometteuses. Elles sont précédées de ventes privées. Au vu des stocks, il y aura de bonnes affaires à réaliser, tant au centre ville qu’en zones. De plus, l’association participe à la Haute Foire de Pontarlier qui se déroulera du 12 au 16 septembre prochain. C’est un événement majeur qui draine un large public.

On constate que les zones ne cessent de bouger.

Effectivement, ça bouge ! Et tant mieux, il faut que ça bouge ! Une économie qui stagne est une économie en difficulté. On notera dans les événements majeurs l’ouverture du nouveau magasin Leclerc en juin 2019. De nouvelles enseignes vont venir s’installer. Tout ceci restera à peaufiner et à se confirmer dans l’année qui arrive.

*Soldes d’hiver : du mercredi 9 janvier au mardi 19 février 2019.

Propos recueillis par Marie Rousselet