Des traces d’un passé mésolithique à Pontarlier

101
Des silex et des lamelles sont retrouvés sur le site mésolithique.

Les fouilles menées dans la zone des Gravilliers livrent leurs premiers secrets.

Tout a commencé en 2011 lorsqu’un premier diagnostic avaient révélé un site daté du Moyen-Âge, estimé entre le cinquième et le onzième siècle. L’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) mène actuellement, et ce depuis 2018, des fouilles archéologiques dites “préventives” avant l’implantation d’un nouveau centre d’activités.
Ce site a été entièrement conservé tandis que des traces d’un passé mésolithique (entre 9600 et 5500 ans avant Jésus-Christ) apportent les premiers indices de l’occupation humaine à Pontarlier.
Des silex, des lames et lamelles issues de ces silex ainsi que des ossements ou encore des dents de bovin (probablement de l’aurochs) se trouvent sur le site encore en état de fouilles. Ils sont la preuve de l’existence de l’homme en ces temps reculés. Les chasseurs-cueilleurs du Mésolithique avaient sans doute choisi cet endroit en raison de sa faune abondante et des carrières de silex, dont la plus proche se situe à 6km, à Arçon.
Un vaste espace de 8 hectares délivre lui-aussi ses secrets. Des fondations d’un village mérovingien y sont présentes et des traces d’une vie ultérieure également. Les vestiges mis à jour sont essentiellement des trous de poteaux et des fonds de cabanes ainsi que des fosses, témoins d’une vie agricole et domestique. Des précisions seront apportées dans les mois à venir, une fois que le terrain aura été intégralement exploré.
Les résultats devraient être apportés lors de la phase d’étude qui se déroulera en 2020 et 2021.