Des trous dans la raquette

100

Il y a des trous dans la raquette, des défaillances injustifiées,

Une toxicité propagée, par certaines exigences soustraites,

A moult responsabilités, bon nombre de devoirs personnels.

Au juste sens de l’essentiel, devenu valeur galvaudée.

Via cette déliquescence ambiante, ce laisser-aller permanent.

Où l’on s’abstrait du minimum, non sans mauvaise foi évidente.

Préférant leur tourner le dos, qu’affronter ses carences de face.

Sans conscience que cela engendre, de graves dommages collatéraux.

Quand ces pratiques vont-elles cesser ? Et quand va-t-on les écouter ?

Toutes ces victimes, écorchées, dévastées par l’insuffisance ?

Qui en arrivent à sacrifier, de leur propre vie, la substance.

Envisageant l’insurrection pour enfin être considérées ?

Hurlant leur détresse, leur colère, partantes pour renverser la table,

Bousculer l’inertie coupable du paquebot administration.

Laquelle est pourtant acquittable de leurs nombreuses contributions

Et se devrait donc d’apporter toujours, réponses et solutions.

Il suffirait seulement d’un signe, juste d’un peu de reconnaissance.

D’excuses qui éteindraient le feu, œuvreraient à la résilience.

Quelques secondes tout au plus, un mot, symbole de compassion.

Un pas vers l’autre, d’où commencerait l’itinéraire vers le pardon.

Or, restent ces trous dans la raquette, liés aux graves traumatismes passés,

Des mécanismes de protection, qui ne permettent plus d’accepter

Cette épouvantable sensation, d’être de nouveau abusé.

Pouvant conduire, légitimement, instinctivement, à basculer.

Cyril Kempfer