Doubs. Courbet et Proudhon au coeur de la nouvelle conférence des Amis du Musée Courbet

Samedi 13 novembre à 15h, les Amis du Musée Courbet propose une nouvelle conférence autour de la relation entre le peintre Ornanais et Pierre-Joseph Proudhon. L'ancien maire de Chasnans, Robert Proudhon, présentera cette conférence à la ferme de Flagey.

42

Gustave Courbet et Pierre-Joseph Proudhon étaient-ils amis ou ennemis ? C’est une question qui traverse le temps et alimente les débats des passionnés locaux d’art et d’histoire. L’occasion d’en discuter lors de la nouvelle conférence des Amis du Musée Courbet à Ornans, le samedi 13 novembre prochain à la ferme de Flagey. Là-bas, Robert Proudhon accueillera les participants pour une conférence autour des deux célèbres artistes Doubistes du XIXe siècle.  » Courbet et Proudhon, phares de l’art et de la pensée de leur temps  » se déroulera à partir de 15h.

L’ancien maire de Chasnans évoquera au cours de cette présentation, les similitudes entre les deux figures historiques locales.  » Tous deux de la même époque, ils ont agit de manière commune pour aider le peuple. Ils ont pourtant mis un certain temps à se fréquenter en s’observant d’abord à travers leurs oeuvres. », explique Patrick Racine, président des Amis du Musée Courbet.

Un ouvrage commun sur la place de l’Art dans la société

 » Courbet fut un artiste, républicain et démocrate, voyant son art comme une revendication, refusant l’intervention de l’Etat dans le domaine artistique. Proudhon fut un théoricien, socialiste libertaire, voulant associer le peuple au pouvoir. Tous deux, Francs-Comtois influents du XIXème siècle, partagèrent les mêmes convictions : la défense de la cause du peuple et de sa condition. »

Proudhon s’implique totalement dans la révolution de 1848 alors que Courbet reste observateur des évènements. De réels échanges entre les deux hommes débutent vers 1854. Courbet a pour projet de faire figurer Proudhon dans son tableau « L’Atelier du peintre ». En 1863 Courbet peint « le retour de la conférence ». L’œuvre fait scandale et Courbet demande à Proudhon d’en rédiger une notice. S’ensuit un échange entre les deux hommes sur la question de l’Art dans la société. Cet échange servira de base à l‘ouvrage de Proudhon « du principe de l’art et de sa destination sociale » qui situe l’art dans son contexte social et politique.