Doubs. La Rodia prépare un nouveau festival pour remplacer GéNéRIQ’

La salle de concert de Besançon a repris des couleurs depuis quelques mois. Après une fin d’année 2021 réussie, les organisateurs préparent un nouveau rendez-vous en 2022, pour remplacer le festival GéNéRIQ. 

68
La Rodia prépare un nouveau type d'événement numérique et interactif pour 2022.

Détonation 2021 annonçait le lancement d’une saison pleine d’espoir après une crise sanitaire perturbante pour la Rodia. Un regain de forme confirmé par les 32 événements réalisés sur le dernier trimestre de l’année. « C’est une grosse organisation due aussi aux concerts reportés jusqu’à 5 fois pour certains ! On arrive au bout des reports, avec des rendez-vous repoussés au maximum d’un an et demi par rapport à la date initiale. Pour 2022, la cadence va ralentir, mais de belles affiches sont attendues. », commente Simon Nicolas, responsable de la communication de la Rodia. 

Feu ! Chatterton, Vianney ou encore Eagles Of Death Metal

Avec Feu ! Chatterton en janvier (complet), Lujipeka en février, Eagles of Death Metal en avril et même Vianney en novembre (complet), La Rodia brasse large. « Des concerts programmés un an à l’avance ce n’était presque jamais arrivé, sourit Simon Nicolas. Ces noms sont très médiatisés mais notre rôle n’est pas de faire uniquement des concerts de gros groupes. Nous voulons ouvrir la culture à tous. Les bénéfices de revenus engrangés nous permettent de présenter une scène émergente comme Catastrophe ou Malik Djoudi ». 

Une scène au milieu des spectateurs pour un concert numérique et interactif

En attendant Détonation 2022, le plus gros événement de la Rodia, les organisateurs travaillent sur un nouvel événement   » pour remplacer le festival GéNéRIQ. Présenté habituellement en février, il va être remplacé par un rendez-vous nommé « D’autres formes ». C’est un nouveau type où nous explorons ce que seront les concerts de demain autour de l’art numérique interactif et de la musique. Le spectateur pourrait s’emparer du concert et vivre le moment autrement. La scène devrait se trouver au milieu du public pour créer un lieu plus immersif ! » , conclut Simon Nicolas.

Martin SAUSSARD