Du café du matin au dîner du soir, Besançon retrouve ses terrasses

434
Le Kraft, à l'ombre des arbres de la place du huit-septembre,©YQ

Il y avait du sourire sous les masques ce mardi 2 juin. Presque tous les cafés et restaurants avaient rouverts leurs portes sous le soleil.

Réservation “full” pour la terrasse de la Brasserie Granvelle ce 2 juin. ©YQ

A la Brasserie Granvelle, le déjeuner du midi affichait complet dès 9h du matin. Les tables du  « Green » et du « Globe » rue Pasteur sentaient bon le petit noir du matin et quelques mètres plus loin « les Gamins » avait étendu ses tables généreusement pour les services de la journée.

Anne déguste son café, comme Georges. Ils retrouvent leurs habitudes du monde d’hier à la terrasse ombragée du Granvelle. Ils sont également nombreux à faire une halte au « café Beaux-Arts » après le marché de la place de la Révolution. Le « Kraft » et « l’Iguane » occupent la place du Huit-Septembre.

Matinée calme au Café Leffe ©YQ

Et la rue Bersot n’est pas en reste. Le « Gotham 25 » s’est fait peau neuve en respectant les consignes sanitaires. Place Pasteur, le « Leffe » fait respirer une place qui s’était endormie pendant deux mois.

Dans les rues animées de ce début juin, Besançon imagine le monde de demain aux saveurs d’Arabica, de houblon, de jus de fruits et de mojitos.

Pendant que les bisontins se déconfinent, le soleil a décidé de se confiner à partir de demain pour quelques jours, histoire de retrouver aussi le chemin du travail.

Les trois candidats à la Mairie de Besançon inventent des « campagnes 2.0 ». A défaut des réunions publiques et serrages de mains, Anne Vignot (EELV-PS-PC), Eric Alauzet (LREM) et Ludovic Fagaut (Républicains et centre) vont s’affronter sur les réseaux sociaux. Si les formules assassines s’oublient bien vite au micro d’une salle, elles s’impriment durablement sur la Toile. Peut-être seront-ils obligés de respecter leurs promesses !

Yves Quemeneur