Elle danse avec les chevaux

332
La compagnie "les chevaux célestes" avait trouvé résidence à la Saline royale d'Arc-et-Senans pour préparer son spectacle "Elzear"

« Les chevaux célestes » de Céleste Solsana ont passé, au mois d’avril, une grande semaine de résidence à la Saline royale d’Arc-et-Senans. En l’espèce, n’en déplaise à Raphaël Krucien, cette « résidence » ne profitait pas « à une riche clientèle et une élite internationale ».

Céleste Solsana joue avec Alma devant la grande berne de la Saline royale d’Arc-et-Senans

Le choix de la Saline était pour l’artiste comme une évidence dans cette période de préparation d’une nouvelle saison estivale de son spectacle « Elzear » avec la chanteuse Mira Céti. La crise sanitaire avait privé de spectateurs cet univers qui évoque les longues marches, les transhumances, l’ode aux grands troupeaux et le cri du vent sous le grondement des sabots. Pour Céleste Solsana, il était impératif de trouver un lieu d’accueil pour repenser et répéter le spectacle créé en 2020. Hubert Tassy, le directeur de la Saline royale n’a pas hésité à mettre le lieu à la disposition de cette amoureuse des chevaux qui les fait chevaucher de prisons en maisons de retraite ou encore présenter son spectacle au cours de longues pérégrinations de villages en villages, suivie par des myriades d’enfants heureux. Avec Céleste Solsana, le cheval est bien le meilleur ami de l’Homme.

« Elzear »
le 11 avril, dernière journée de résidence à la Saline royale pour Céleste Solsana et ses juments. Le temps ne retire pas le sourire à cette amoureuse des chevaux ©YQ

Autodidacte, la jeune cavalière a baigné dans l’univers des chevaux dans la Drôme. Passionnée par cet animal à l’allure solide mais si fragile, elle a appris à gagner leur confiance, à devenir la chef d’un troupeau sans en prendre le pouvoir. Céleste Solsana a cherché à sortir du dressage classique pour parler le langage des chevaux. Dans le spectacle qui met en scène Alma et Atya deux juments de 23 et 21 ans, l’artiste cavalière fait corps avec les chevaux, sans selle, sans mors, sans rênes. Elle est le berger, « le chef des bêtes », celle qui maintient l’équilibre sans prendre le pouvoir, qui parle peu pour mener sans se fâcher. Elle est celle qui envie la sagesse des animaux et vit avec eux pour mieux les comprendre. Il y a aussi l’étoile qui indique le nord et les chants ancestraux de Mira Céti qui maintiennent l’harmonie entre hommes et bêtes. La chanteuse donne une voix au miracle qui unit le troupeau à son berger. Dernière répétition écourtée le dimanche 11 avril : une pluie battante devant les bernes de la Saline privait les quelques privilégiés de s’envoler avec les chevaux célestes.

Une tournée du 15 au 30 mai dans le Morvan
Céleste Solsana danse avec ses chevaux

Céleste Solsana, Mira Céti et leurs chevaux sillonneront les routes et chemins du Morvan. Du château de Monthelon à Vézelay, de Saint-Brisson au lac des Settons, elles avanceront au rythme lent des chevaux pour une « Grande Chevauchée » à la rencontre des habitants. Pas question pour elles de charger les chevaux dans un van. Elles continueront ce chemin de pèlerinage entamé avec les enfants en 2019 :  » Nous avons cheminé ensemble, la forêt nous a ouvert ses bras, les hiboux nous ont réveillés la nuit, les lacs et les rivières se sont transformés en salles de bains cinq étoiles ».

Sa présence pendant une dizaine de jours à la Saline royale d’Arc-et-Senans illustre le caractère populaire et ouvert à tous les arts voulu par Hubert Tassy depuis 2015. Le site connaîtra son apothéose en 2022 avec l’ouverture du « Cercle immense » complétant l’œuvre imaginée par Claude-Nicolas Ledoux au XVIIIème siècle.

Yves Quemeneur